Réformes à l’école ou éducation des élèves ?

Ecrit par Jean Gabard le 24 octobre 2015. dans La une, Education, Société

Réformes à l’école ou éducation des élèves ?

Depuis quarante ans, l’Ecole a connu des bouleversements et s’est considérablement améliorée. La question de la rentabilité de l’école occupe pourtant le devant de la scène. Ses résultats semblent en effet en baisse et l’échec scolaire, loin de diminuer, s’accroît. Après les multiples réformes à l’école, il est toujours possible d’en proposer d’autres et même de procéder à « une refondation de l’Ecole », mais ne faudrait-il pas plutôt changer l’angle d’attaque ? Ne serait-il pas primordial, pour pouvoir instruire les élèves, de s’intéresser d’abord à leur éducation ? Les « réformes » à proposer sont alors plus délicates mais n’est-il pas temps de le faire ?

Il est peu probable que l’élève, de milieu aisé ou défavorisé, soit moins intelligent que ses prédécesseurs. Devenu le centre du système scolaire, il se peut, par contre, qu’il soit de moins en moins motivé. De multiples réformes ont pourtant été adoptées pour rendre plus intéressants et plus efficaces les apprentissages. Et quels en sont les résultats ? Non seulement ceux-ci ne sont pas positifs mais la motivation des élèves paraît inversement proportionnelle à l’amélioration de leur condition de travail ! Les nouvelles méthodes, seraient-elles en cause ? Celles-ci sont certainement perfectibles mais sont sûrement bien meilleures que celles utilisées autrefois. Elles devraient donc apporter, au moins, un petit progrès, mais ce n’est pas le cas ! Ne serait-il pas alors nécessaire d’oser franchir le pas et de se demander s’il n’y aurait pas d’autres causes au malaise scolaire.

Il se pourrait effectivement que les réformes aient des effets pernicieux et que ceux-ci ne se trouvent pas dans les méthodes elles-mêmes mais dans les motivations et l’attitude de ceux qui tiennent à les mettre en pratique !

A force de vouloir changer, en invoquant le fait que les conditions de travail sont toujours mauvaises, que les méthodes d’enseignement sont toujours inadaptées, que les enseignants sont mal formés, les élèves (alors très attentifs) trouvent en effet dans ces réquisitoires de bonnes raisons de ne pas être motivés et ainsi d’attendre pour faire l’effort de travailler. Comment, d’ailleurs, pourraient-ils en avoir envie quand ce qu’ils entendent à la maison, dans les médias et même parfois dans la bouche de responsables de l’Education Nationale est soit une critique des enseignants qui ne seraient pas assez compétents, intéressants, modernes, attentifs, aimants, soit une dénonciation de l’école elle-même qui serait trop ennuyeuse, trop ou pas assez exigeante, trop inefficace, trop injuste, trop inégalitaire et même sexiste… L’échec de certains élèves à l’école n’est d’ailleurs plus leur échec mais devient l’échec de l’école, comme si le fait de s’inscrire à l’école, qui rappelons-le n’est pas une obligation mais un service, donnait le droit aux diplômes.

Il est ainsi demandé à l’élève d’écouter des enseignants auxquels peu d’adultes sont prêts, aujourd’hui, à accorder du crédit. S’il ne les écoute pas il est blâmé de ne pas obtenir les résultats scolaires tant attendus et s’il les écoute il est ridiculisé de se soumettre à des personnes qui ne le mériteraient pas. Alors que les méthodes traditionnelles ont pu être accusées d’occasionner des névroses en étant parfois extrêmement traumatisantes, il se pourrait que la société actuelle soit très déstabilisante pour notre jeunesse et que la confrontation régulière à cette injonction paradoxale, totalement perverse, favorise les psychoses !

Est-ce alors si surprenant de trouver les pays de l’Asie de l’Est en tête du classement PISA ? De même les étudiants originaires de cette région du monde sont ceux qui réussissent le mieux dans les universités américaines alors qu’ils suivent les mêmes méthodes que les autres. La différence tient à ce que ces pays ont conservé dans leur culture un immense respect des « anciens » et donc des maîtres alors qu’au contraire, en occident, nous avons cultivé, par « jeunisme » et égalitarisme, la critique de ces derniers, au point que le mot « maître » est lui-même devenu tabou. Pour pouvoir profiter de l’enseignement d’un maître, il y a, en effet, la nécessité de le respecter. Non pas à cause d’un charisme dont il faut toujours se méfier mais parce que sa fonction d’éducation, indispensable pour pouvoir instruire, est valorisée et que les parents lui donnent l’autorité dont il a besoin. Il faudrait bien sûr pour cela que les parents eux-mêmes soient écoutés par leurs enfants, non pas simplement par affection mais par devoir, parce qu’ils représentent la loi.

A l’école comme dans la famille, parce que la fonction éducative s’est souvent transformée en autoritarisme pendant des siècles et que la fonction de père a été détournée pour inférioriser la femme, l’autorité est suspectée et des « pédagogistes », dans la réaction, continuent de « jeter le bébé avec l’eau du bain ». Confondant humanisme et humanitaire et dictés par la compassion ou le désir de plaire, ils adoptent une attitude « maternante » et complice en écoutant les envies et les doléances de l’enfant, quand ils ne le soutiennent pas contre l’enseignant. Ce dernier à qui n’est plus donnée la fonction symbolique de père est réduit au rôle de mauvais serviteur de l’enfant-roi. Et pourtant, les fonctions symboliques de père et de mère, considérées à tort comme sexistes, doivent être jouées, à l’école comme dans la famille, pour que les enfants puissent être véritablement éduqués. « Sans père et sans repère », n’ont-ils pas des difficultés à intégrer les limites ? Ne deviennent-ils pas très souvent « hors la loi », incapables d’assumer la moindre frustration et d’accepter la moindre contrainte ? Comment, dans ces conditions, pourraient-ils aimer l’école (si ce n’est pour s’amuser avec les copains), alors que celle-ci ne cesse de leur demander ce qui est obligatoire pour pouvoir apprendre : faire des efforts et respecter des règles, celles de l’orthographe, de la grammaire, du calcul, de la discipline… ?

S’il n’est pas question de revenir en arrière à des méthodes peu performantes et inhumaines, est-ce en maintenant nos enfants dans un cocon fusionnel et en continuant d’en faire des enfants-rois, qu’ils apprendront à travailler et à devenir des citoyens, adultes, responsables, capables de faire vivre la démocratie ?

 

Mon prochain essai qui devrait paraître bientôt pourrait avoir comme sous-titre : « Pour que nos enfants puissent apprendre à l’école ».

 

Jean Gabard

Auteur conférencier

relations hommes/femmes, éducation des enfants

Animateur à Radio d’Ici : http://radiodici.com

Thorée 42520 Maclas Fr.

Tél : 04 74 58 11 51

Portable : 06 45 28 66 81

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

http://www.jeangabard.com

http://blogdejeangabard.hautetfort.com

https://www.facebook.com/jeangabardofficiel  

https://www.facebook.com/jean.gabard.33

 

Jean Gabard, auteur de « Le féminisme et ses dérives - Rendre un père à l’enfant-roi », Les Editions de Paris, 2011

A propos de l'auteur

Jean Gabard

Jean Gabard

Auteur de « Le féminisme et ses dérives – Rendre un père à l’enfant-roi »,

Les Editions de Paris, nov 2011.

Commentaires (2)

  • Martine L

    Martine L

    24 octobre 2015 à 17:38 |
    Ah que ces débats autour de l'école «  de nos chers petits », mais bien autant, de nos chers «  anciens nous », font flores en France ! Probablement plus qu'ailleurs, et malheureusement, sans avancer d'un pouce. Je vous renverrai, cher Jean, à tout ce que j'ai écrit sur l'école, ici, pour mesurer qu'on ne pense pas la chose pareillement. En presque rien, si ce n'est qu'on y attache une grande importance, et qu'on considère, vous, comme moi, qu'il y a là, un socle innégociable à toute société. Vous faîtes un constat mortifère d'un demi siècle de travail – immense – d'enseignants, adossés aux sciences de l'éducation, qui ont enseigné à presque toute une classe d'âge, et l'ont hissée. Avec, toutes les lacunes, les insuffisances qu'on sait, et tant d'autres défauts ; mais, ont fait passer de la culture, des savoirs et – n'en déplaise à certains, du goût ; une démocratisation en fait. . Le portrait que vous donnez d'enseignants dévalorisés et quasi dévalués n'est pas la réalité quand on demande aux parents. De même, que les chiffres Pisa que vous avancez, seraient à revoir...
    Votre rapport à la Réforme au sens large vous appartient – c'est un point de vue presqu'idéologique, alors que je crois que c'est un chantier toujours en devenir que celui-ci dans le domaine scolaire, et que la Réforme des Collèges ( celle là) était incontournable. Vous prônez l'éducation ( que vous semblez opposer ou séparer de l' acte d'enseignement) ; on doit concevoir qu'enseigner comprend une partie d'éducation au petit citoyen à venir ; tous les jours et dans le champ de la classe, de la cour ; ce qui ne marche en aucun cas sur les plates-bandes familiales de l'éducation privée. Merci pour autant pour nos lecteurs et notre débat de vos propos qui sont – comme toujours avec vous, clairs et porteurs de sincérité.

    Répondre

  • Jean-François Vincent

    Jean-François Vincent

    24 octobre 2015 à 13:45 |
    L’autorité est un concept très difficile à cerner : « don », charis des dieux (ce qui fonda, en droit public romain, la légitimité du pouvoir impérial) lequel provoque la suite (Gevolgschaft), le « suivisme » des dominés par rapport au leader (« Führer ») dans le droit public allemand de l’époque nazie…
    Le fait est qu’empiriquement certains s’imposent « naturellement » et d’autres pas. Rien à voir – contrairement à ce que vous dites – avec la différence sexuelle : des femmes peut être extrêmement autoritaires et « paternantes » (selon vos critères, à mon avis, erronés) et inversement.
    L’autorité – si l’on laisse les critères « mystiques » de côté - trouve plutôt son origine dans le caractère sui generis de chacun(e), et dans son histoire personnelle. Bref question de psychologie plus que de sociologie…

    Répondre

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.