Racisme, xénophobie

(Best of 2012) RACISME: Mouloud Aounit : la lutte contre le racisme dans toutes ses formes...

Ecrit par Nadia Agsous le 22 décembre 2012. dans Racisme, xénophobie, La une, France, Politique, Actualité, Société

(Best of 2012) RACISME: Mouloud Aounit : la lutte contre le racisme dans toutes ses formes...

Défenseur acharné des droits de l’Homme, militant contre les différentes formes de discrimination, fervent adepte de l’égalité des droits et de l’amitié entre les peuples, homme de convictions, Mouloud Aounit est décédé le 1er août dernier à l’hôpital de la Salpêtrière à Paris.

Depuis 1979, il a milité au sein du Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (MRAP) où il a occupé le poste de secrétaire général (1989 -2004) puis celui de président (2004-2008). En 2000, il a été décoré chevalier de la Légion d’honneur et de l’ordre national du Mérite.

A travers l’entretien qui suit, Jean-Michel Riera, réalisateur d’un documentaire qui retrace la trajectoire biographique et militante de M. Aounit (1) raconte l’homme, ses luttes, sa maladie et l’état d’avancement du film.

(Best of 2012) SOUVENIRS: La photo du 7 juin 1942, souvenirs d'une petite fille de 6 ans

Ecrit par Danielle Dubowsky-Haddad le 22 décembre 2012. dans Racisme, xénophobie, La une, Histoire

(Best of 2012) SOUVENIRS: La photo du 7 juin 1942, souvenirs d'une petite fille de 6 ans

Juin 1942, Vincennes, 30 avenue de la République… avec Maman et mes petits frères Gaby et Sylvain. C’était l’année de mes 6 ans, j’allais encore avec eux à l’école maternelle de la rue de l’Egalité (!!!). Papa [de nationalité américaine] avait été arrêté en décembre 1941, le soir même de Pearl Harbour, et interné à Compiègne. Nous pouvions lui rendre visite tous les 3-4 mois grâce à M. Hautot, agent de police du Commissariat de Vincennes, qui nous avait procuré des Ausweiss.

La vie était rythmée par toutes sortes d’interdits : dans la rue il fallait faire silence, ne pas trop parler avec Maman car elle avait un accent, ne pas sortir à la nuit tombée. Maman était tout le temps occupée à chercher, conserver, échanger de la nourriture et à trouver des vêtements pour nous qui grandissions… elle avait déniché, au grand dam de notre grand-mère, une vieille dame concierge qui nous tricotait pulls, culottes courtes ou jupette…

La photo du 7 juin 1942, souvenirs d'une petite fille de 6 ans

Ecrit par Danielle Dubowsky-Haddad le 24 novembre 2012. dans Racisme, xénophobie, La une, Histoire

La photo du 7 juin 1942, souvenirs d'une petite fille de 6 ans

Juin 1942, Vincennes, 30 avenue de la République… avec Maman et mes petits frères Gaby et Sylvain. C’était l’année de mes 6 ans, j’allais encore avec eux à l’école maternelle de la rue de l’Egalité (!!!). Papa [de nationalité américaine] avait été arrêté en décembre 1941, le soir même de Pearl Harbour, et interné à Compiègne. Nous pouvions lui rendre visite tous les 3-4 mois grâce à M. Hautot, agent de police du Commissariat de Vincennes, qui nous avait procuré des Ausweiss.

La vie était rythmée par toutes sortes d’interdits : dans la rue il fallait faire silence, ne pas trop parler avec Maman car elle avait un accent, ne pas sortir à la nuit tombée. Maman était tout le temps occupée à chercher, conserver, échanger de la nourriture et à trouver des vêtements pour nous qui grandissions… elle avait déniché, au grand dam de notre grand-mère, une vieille dame concierge qui nous tricotait pulls, culottes courtes ou jupette…

Tenir son rang

Ecrit par Mélisande le 17 novembre 2012. dans Racisme, xénophobie, Monde, La une, Actualité

Tenir son rang

Dans notre société blanche, propre sur elle, on peut encercler un maire qui a ouvert un espace officiel à quelques familles Roms, et provoquer, tout au long de son échine, la peur, peut-être la même que celle qui secouait l’auteur d’Un sac de billes, quand il affrontait, enfant, avec sa stigmatisation d’étoilé jaune, le regard de ceux dont il ne faisait soudainement plus partie, les autres, si jeunes, et déjà si spontanément haineux..

Il faut voir cette vidéo sur Le Monde.fr, et vite passer à quelques douceurs domestiques, sinon, il y a une forme d’inquiétude sourde qui monte, devant cette peste brune qui pointe un fantôme terrifiant car nourri par la haine sèche. Ce fantôme revient sur des ressorts rabâchés, faciles donc jouissifs : la haine de l’autre, rendu responsable de tous nos maux, et cette revendication colère, pour « être servi avant, devant », en tant que Blanc..

Mouloud Aounit, Une marche pour l'égalité autour du film de Jean Michel Riera

Ecrit par Nadia Agsous le 22 septembre 2012. dans Racisme, xénophobie, La une, Actualité, Culture, Société, Cinéma

Mouloud Aounit, Une marche pour l'égalité autour du film de Jean Michel Riera

Natif d’Algérie, fils de « Bougoules », enfant d’Aubervilliers, Homme politique français, défenseur acharné des droits de la personne humaine, Mouloud Aounit a milité au sein du Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (MRAP) où il a occupé le poste de secrétaire général (1989-2004), puis celui de président (2004-2008). Dix-neuf années de lutte au service de la justice et de la liberté, pour le respect et la reconnaissance des uns et des autres. Un homme. Une mémoire. Un combat. Une parole. Une lutte. Un parcours. Le tout révélé à travers un film documentaire, réalisé par le réalisateur Jean-Michel Riera en collaboration avec le politologue Vincent Geisser.

À travers l’entretien (1) qui suit, Jean-Michel Riera nous révèle la genèse et l’avancée du film.

Qu'en est-il de nos différences au XXIème siècle ?

Ecrit par Luc Sénécal le 22 septembre 2012. dans Racisme, xénophobie, La une, Actualité, Société

Qu'en est-il de nos différences au XXIème siècle ?

Nous voulons enseigner à notre jeunesse le respect. Mais pour être respectable, encore faut-il respecter.

Le respect de quoi ? Des individus, de la société, des institutions, des croyances et des religions, des différences…

Et la liberté dans tout cela ? La liberté ne se doit-elle pas d’être respectée ? La liberté de la parole, de la presse, des expressions sous quelques formes que cela soit…

Or cette même liberté sous quelque forme que ce soit, ne se doit-elle pas d’être respectable ?

Une maxime s’applique merveilleusement à cela : « La liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres ».

Nous viendrait-il naturellement à l’idée de nous attaquer à la famille ou aux croyances d’un ami. Pourquoi le ferions-nous plus encore vis-à-vis d’inconnus ? Sauf à avoir dans un cas comme dans l’autre des visées sous-jacentes.

Mouloud Aounit : la lutte contre le racisme dans toutes ses formes...

Ecrit par Nadia Agsous le 15 septembre 2012. dans Racisme, xénophobie, La une, France, Politique, Actualité, Société

Mouloud Aounit : la lutte contre le racisme dans toutes ses formes...

Défenseur acharné des droits de l’Homme, militant contre les différentes formes de discrimination, fervent adepte de l’égalité des droits et de l’amitié entre les peuples, homme de convictions, Mouloud Aounit est décédé le 1er août dernier à l’hôpital de la Salpêtrière à Paris.

Depuis 1979, il a milité au sein du Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (MRAP) où il a occupé le poste de secrétaire général (1989 -2004) puis celui de président (2004-2008). En 2000, il a été décoré chevalier de la Légion d’honneur et de l’ordre national du Mérite.

A travers l’entretien qui suit, Jean-Michel Riera, réalisateur d’un documentaire qui retrace la trajectoire biographique et militante de M. Aounit (1) raconte l’homme, ses luttes, sa maladie et l’état d’avancement du film.

Une nouvelle guerre de religion est-elle envisageable ?

Ecrit par Luc Sénécal le 07 septembre 2012. dans Racisme, xénophobie, La une, Actualité, Société

Une nouvelle guerre de religion est-elle envisageable ?

 

Le racisme et la xénophobie trouvent de quoi se nourrir dans l’évolution de l’immigration dans notre pays, et par conséquent de ce que cela implique dans notre société. Si l’on déplore à l’évidence les motivations des français qui en font preuve, on ne peut pour autant leur donner complètement tort. Car, et c’est cela qui est important, le racisme et la xénophobie ne sont pas leur apanage. Certains immigrés, et parmi ceux-ci, certainement les plus virulents, en font preuve. Ceci dit, il convient de ne pas faire d’amalgame. S’il y a des immigrés, ils proviennent de différentes régions du globe et il serait sot de confondre l’Asie avec les Pays de l’Est, ou bien encore les Pays du Maghreb avec l’Afrique noire, ou certaines îles quel que soit l’océan qui les baigne.

L'interminable écriture de l'Extermination, Alain Finkielkraut

Ecrit par Jediel Gonçalves le 29 juillet 2012. dans Racisme, xénophobie, La une, Histoire

L'interminable écriture de l'Extermination, Alain Finkielkraut

 

L’interminable écriture de l’Extermination, Alain Finkielkraut, Paris, Gallimard, coll. Folio, 2012, 325 pages, 6,95 €

Jediel Gonçalves

 

« Il y a des larmes dans les choses,

mais vos larmes ne sont pas les miennes,

et les raisons pour lesquelles vous pleurez

ne se confondent pas avec les miennes […] »

Le génocide face à l'image, Matthieu Gosztola

Ecrit par Jean-François Vincent le 29 juillet 2012. dans Racisme, xénophobie, Monde, La une, Politique

Le génocide face à l'image, Matthieu Gosztola

 

Le génocide face à l’image, Matthieu Gosztola, Paris, l’Harmattan, 2012

 

L’image ou la dialectique du Voir et du Dire : l’exemple du Rwanda

 

C’est à une véritable phénoménologie de la perception de l’image que nous invite Matthieu Gosztola. Celui-ci distingue deux types d’images, l’image visuelle (photographie, film, etc…) et l’image mentale, la représentation d’une chose à partir de ce que l’on en dit. L’indice de réalité de l’une comme de l’autre est moyen. La première, celle qui ressort de la vision oculaire, fait certes signe vers quelque chose qui existe vraiment, « la réalité n’est jamais effaçable au sein de l’image » ; mais ce quelque chose est plat, « figé » : il ne suffit pas à produire du sens, et ce d’autant plus qu’il peut être « retouché » par le photographe ou le cinéaste. La seconde, l’image qui se forme à partir du dire, l’image mentale, elle, est « nécessairement teintée de subjectivité » ; mais la parole qui provoque cette image permet une « écoute approfondie » : elle seule, si elle est reçue, parvient à faire voir en esprit, donc à faire comprendre véritablement.

<<  1 [23 4 5 6  >>