Sports

Ligue 1 française : le championnat le plus passionnant d'Europe ?

Ecrit par Jacques Petit le 25 avril 2011. dans La une, Sports

Ligue 1 française : le championnat le plus passionnant d'Europe ?

On comprend bien que CANAL cherche à nous vendre un de ses gagne-pain les plus profitables, mais tous ses journalistes ont, que je sache, leur carte de presse, ce qui incombe sur le plan de l’éthique et la morale un minimum de décence et de vérité.

Les véritables « afficionados » de foot, dont je suis depuis plus de 71 ans, et oui, ça a commencé à 8 ans, sont prêts à entendre n’importe quoi, qui va dans le sens de l’encensement de leur sport favori, mais pas jusqu’au point de vendre leur « âme », au sens littéral !

Prétendre que le championnat de Ligue I est le championnat le plus passionnant d’Europe pour la seule raison que le suspense est entier, que le haut du classement se tient en quelques points, c’est mettre au premier plan le « comptable », expression chère aux commentateurs de CANAL, maintenant on comprend pourquoi ?

Confessions publiques des sportifs

Ecrit par Jacques Petit le 01 avril 2011. dans La une, Média/Web, Actualité, Société, Sports

Confessions publiques des sportifs

Depuis mon jeune âge, j’ai toujours apprécié le sport, j’ai pratiqué à un rang très modeste le foot et le vélo.
Et comme il se doit, j’ai toujours été un lecteur assidu de L’Equipe, en même temps que Le Monde pour d’autres raisons, mais à cette époque il n’y avait pas une ligne de sport sur Le Monde, à chacun son jardin secret.
J’avais plaisir chaque Lundi à y découvrir les résultats du week-end passé, avec des commentaires de journalistes spécialisés, toujours avec une grande justesse, précision et clarté.
La grande période était le mois de Juillet avec le TOUR de FRANCE, cela déchaînait en moi, et bien d’autres, une frénésie, une passion immense qui ne s’apaisaient qu’un peu le soir avec les résultats de l’étape.
Et le lendemain cela repartait de plus belle, avec un crescendo pendant les contre-la-montre et surtout les étapes des grands cols Pyrénéens et Alpins. Chez moi, cela pouvait atteindre un paroxysme d’enthousiasme ou de désillusions selon les résultats. Comme tout sportif en chambre, j’avais mes favoris que je considérais et de loin comme les meilleurs.

"Reflets d'un temps révolu". Le Vel d'Hiv : histoires et histoire

Ecrit par Jacques Petit, La Rédaction le 08 octobre 2010. dans Racisme, xénophobie, La une, Histoire, Sports

Le vélodrome d’hiver de Paris a été érigé en 1909 et détruit en 1959.

UN demi-siècle d’existence seulement, et pourtant en ce demi-siècle, les petites histoires et la Grande HISTOIRE du Vel d’Hiv, ont été fort riches.

D’abord, revenons un tout petit peu en arrière : le vélodrome d’Hiver était appelé à avoir une histoire dense dès ses débuts. Au début du XXème siècle, le cyclisme, sous toutes ses formes, devenait un spectacle de masse prisé par les populations citadines.

Dès 1902, Henri Desgranges, un an avant le 1er Tour de France en 1903, dont le départ fut donné à Montgeron devant le café Le Réveil Matin, demande à l’architecte Lambert d’aménager la Galerie des Machines (vestige de l’Exposition Universelle de 1889, situé dans le quartier de Grenelle) pour y créer une piste cycliste inaugurée le 20 Décembre 1903. Le vélodrome connaît rapidement un vif succès.

Juste un mot (61)

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 06 octobre 2010. dans La une, Sports

Juste un mot (61)

Plus la roue tourne, et plus elle est voilée ... Et le voile de fumée qui entoure certains exploits commence sérieusement à se déchirer, laissant entrevoir des comportements plus que douteux.

Les soupçons de dopage continuent de planer sur les épreuves, disqualifiant par avance une bonne partie de ceux qui y participent. Les coureurs les plus véloces, quant à eux, ont des échappées trop belles !

Contador - ça sonne comme une déclaration d'amour de la part de ses fans - vient d'être suspendu provisoirement, et son sang n'a fait qu'un tour ! En toute bonne foi, le triple vainqueur du Tour de France a émis l'hypothèse selon laquelle il aurait été victime d'une " contamination alimentaire " ... Dur à avaler, tout de même !

Le 20 juillet 1947 au Parc Des Princes

Ecrit par Jacques Petit le 01 octobre 2010. dans Vie quotidienne, La une, Sports

Le 20 juillet 1947 au Parc Des Princes

Contador, et son beau nom qui rime avec toréador, aurait donc mangé de la vache dopée ! L'affaire tient en haleine le monde du vélo – ce n'est pas la moitié d'un champion, ce bel espagnol - Et du sport, en général. Toujours plus d'efforts demandés, de performances à atteindre ; donc – foin des hommes – fabriquons des champions bien dopés. Le très joli texte de Jacques Petit, nostalgique comme une photo sépia ; relatant « son » Tour de France 1947, parle d'un temps où - on veut le croire - seul comptait le mollet et le courage des cyclistes. Une légende, presqu'un rêve, vu d'aujourd'hui. (MLP)


Le 20 Juillet 1947, l'arrivée au Parc des Princes de mon 1er Tour de France, le 1er d'après-guerre, jour tant attendu par votre serviteur. Je venais d'avoir 15 ans, je bossais depuis quelques mois comme grouillot à la Société Générale. Dès ma 1ère paye (jour émouvant pour un petit gars du XIIIème), j'avais mis de côté pour cette réunion.

Foot : province française et désert parisien ?

Ecrit par Jean-Luc Lamouché le 07 août 2010. dans La une, Histoire, Sports

Foot : province française et désert parisien ?

Petite note introductive : mon titre – « Province française… » – est évidemment une allusion indirecte au célèbre livre du géographe français Jean-François Gravier, paru en 1947, et réédité de nombreuses fois : « Paris et le désert français ». Cet ouvrage montrait le gigantisme de la capitale à la tête de l’espace hexagonal, à la grande différence de la plupart des autres grands pays européens.

Tout(e) amateur(trice) de football, même le(la) moins éclairé(e), sait que le Paris-Saint-Germain (créé en août 1970) représente un cas assez unique par rapport aux grandes capitales « footeuses » européennes et aussi par rapport au comportement de l’essentiel de la Province française à son égard.

Un cas unique parce que, depuis le passage dans l’ombre du Racing Club de France et du Red Star, il n’y a plus qu’un seul grand club de football parisien. Et encore… ! Il ne porte même pas, symbole parmi les symboles, la seule mention de la ville capitale dans son nom ! Est-il vraiment considéré par tous comme l’équipe de Paris ?

L'entraîneur et la Mer Rouge à lancer avec un ballon

Ecrit par Kamel Daoud le 16 juillet 2010. dans Société, Sports

L'entraîneur et la Mer Rouge à lancer avec un ballon

Kamel Daoud est journaliste au “Quotidien d’Oran” et habitué de nos colonnes. Il a obtenu le prix Mohamed Dib en 2008 pour son livre : “L’Arabe et le vaste pays de Ô”

Finalement, ce sont les nouveaux chamanes des époques modernes : ils peuvent soulever un pays avec une chaussure, lui rendre son indépendance ou le rendre inutile, exalter un peuple jusqu’à en faire une chanson, détruire un espoir en marchant dessus, cracher du feu, déclarer une histoire ouverte à l’enrichissement ou restituer un drapeau et un sol à une population vaincue.

Ma Coupe : arrêts sur images

Ecrit par Martine L. Petauton le 12 juillet 2010. dans Sports

Ma Coupe : arrêts sur images

Une coupe du monde de foot, c’est, normalement,  une tragédie d’ Eschyle : clameurs, stupeurs – sans trop de chuchotements -, honneur ! encore et encore !  Quelques coups – fourrés à la Clytemnestre ; quelques morts, évidemment, sur le sable de l’arène ; un Hector, quelque part, pour nous rappeler qu’on reste chez les humains…, colères de Zeus, trompettes, et au bout, combat à l’antique : roues des chars, ferraillement des armes loyales, regards virils… ; Russell Crowe  dans «  Gladiator »…?

Cette année ? J’hésite, au bout du compte… non – pas Eschyle !  ça c’est  sûr ! Mais… un peu de «  San Antonio « ?  Pas le commissaire!  Berru, en moins drôle… (on l’imagine, quand même, pondant ses commentaires, bavant dans ce drôle de micro, façon – Radio Londres -) ;  un peu de « Clochemerle » aussi. Quelques bonnes pages d’un «  Maigret « ? Pas lui ! Bien sûr ;  sa femme, faisant les courses, peut-être, De ce mois footeux, Queneau et sa Zazie,  auraient sûrement fait quelque chose!… “Vous avez mieux ?”, comme on dit, dans « les chiffres et les lettres », le soir à la T.V….

Mon tour de France à moi

Ecrit par Elisabeth Itti le 10 juillet 2010. dans Vie quotidienne, Sports

Mon tour de France à moi

Bienvenue à Elisabeth Itti dans les colonnes de “Reflets du temps”. Longue et belle route…à vélo !

La rédaction


Mon tour de France à moi, il se cantonne à ma région.

Après avoir franchi le premier obstacle, qui n’est pas le moindre, enfiler un cuissard, qui si vous n’êtes pas Miss France, vous fait ressembler à un figurant de chez Disney, le reste devient plaisir.

Evidemment, la deuxième épreuve, qui est la plus risquée est de rejoindre le lieu de réjouissance, les bords du canal. Pour cela il faut emprunter les couloirs de la mort, tracés par un adjoint à la circulation, qui n’a jamais dû quitter son bureau et qui doit être un réel pervers. Tantôt il fait alterner les pistes cyclables avec les pistes pour piétons, tantôt les couloirs disparaissent, en pleine circulation intense.

Espagne/Pays-Bas : la mère et sa fille rebelle

Ecrit par Martine L. Petauton le 10 juillet 2010. dans Histoire, Sports

Espagne/Pays-Bas : la mère et sa fille rebelle

Dimanche, la finale de foot oppose les Pays-Bas à l’Espagne… banal ! Un pays contre un autre, direz-vous; pas si vite ! et si l’on allait voir, du côté de l’ Histoire !
16ème siècle : l’ Europe de Charles Quint ; la grande puissance, c’est l’Espagne , auréolée   de  ses Grandes Découvertes – sur «  son Empire, le soleil ne se couchait jamais… «  -  ; de l’Amérique centrale et Andine, aux confins du monde Ottoman ( la Bohême , l ‘Autriche), l’ empire d’ Espagne – on ne disait plus : les Espagnes, depuis les Rois catholiques -  avait dans son bouquet – lointain héritage Bourguignon -  la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg actuels, plus, quelques arpents français… C’est ainsi que Bruxelles, Anvers, brillaient des  mille feux de l’architecture, bavarde et baroque, toute hispanique , en sorte , qu’on admire  encore aujourd’hui , sur « la grand’ place «  de  la capitale belge…

<<  1 2 [34  >>