A chacun son chat !

Ecrit par Elisabeth Itti le 24 décembre 2010. dans Vie quotidienne, La une, Arts graphiques

A chacun son chat !

Chat oiseau. Paul KLEE


C’est Bisou, qui croit avoir perdu son ombre, tel le chat blanc de Colette . Je ne suis pas noir, j’ai un beau pelage beige mordoré, roux, tacheté de blanc, je m’appelle « Caramel », malgré ma panse je n'attends pas de bébés, puisque je suis un mâle. Il y a 2 ans flânant dans une banlieue sympathique, j’avisais une maison bourgeoise, avec un très beau jardin. Il y avait un autre quadrupède à poil de ma famille, qui se prélassait au soleil. Je décidais de lui tenir compagnie et d'avoir une nouvelle résidence. La chère était excellente, mon compagnon des plus gais, nous passions notre temps à jouer, à courser les souris, à tenter d'attraper les oiseaux. Sauter sur les visiteurs, pour voir leurs réactions, était aussi une de mes distractions préférées. Cajolé par les maîtres, qui m’ont appelé « Musette » (rapport à ma panse), trouvant la pension très à mon goût, je ne dis rien sur mon vrai nom. J’oubliais mon ancienne demeure.


Mon compagnon de jeux se prénommait « Bisou ». Ma maîtresse toujours aux petits soins, pour nous deux, nous conduisit chez le vétérinaire, pour les révisions d’usage. Surprise c’était une remplaçante. S’adressant à ma maîtresse, qui lui avait raconté la manière dont j’avais élu domicile chez elle, elle lui demanda si j'avais une puce.

- Ma maîtresse, courroucée, lui répondit sèchement : « Ah non, mes chats n’ont pas de puces »

- la vétérinaire : « A-t-il une puce électronique ? »

C’est ainsi qu’on découvrit que j’étais pucé, identifié. Rapidement ces personnes se mirent en relation avec mes anciens maîtres. Ils accoururent, trop heureux de me revoir. Ils ne m’ont pas grondé, parce que j’avais parcouru au moins 6 km, et que je n’avais pas donné de mes nouvelles pendant 2 ans, comme si de rien n’était. J’ai retrouvé mon ancien nom, mes maîtres correspondent depuis avec mes hôtes, je crois bien que c’est à mon sujet. Ces derniers m'ont laissé partir avec un pincement au coeur, nous nous étions tant habitués les uns aux autres. C’est ainsi que j’ai appris, que Mamzelle « Bisou » avait fait la même démarche que moi, trouvant la maison et les maîtres à son goût, lors d’une vadrouille, elle s’incrusta, et pour l’instant personne ne l’a réclamée.



Picasso. Chat et oiseau                       David Tenier le Jeune. Concert de chats


Grand merci à Mimi pour sa jolie histoire, non virtuelle

A propos de l'auteur

Elisabeth Itti

Elisabeth Itti

Rédactrice

Commentaires (1)

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.