Chez Laurent Ruquier, mais dans ma tête

Ecrit par Kamel Daoud le 03 janvier 2015. dans La une, Littérature

avec l'autorisation de « La Cause Littéraire »

Chez Laurent Ruquier, mais dans ma tête

Au matin, Radio France, Paris. Question sur Camus, l’Algérie, le chroniqueur, puis le temps de parole à un architecte belge, Vincent Callebaut, fascinant : utopiste de villes-flottantes et de villes verticales écolos. A Ecouter. Car dans la tête de l’algérien, la machine à comparer ne s’arrête jamais. Lui pense : Paris à « dé-musifier » (du mot musée), ville écologique auto-suffisante, verticalité anti-banlieues, portage-avenue, etc., implanter la campagne au cœur de la ville. Concept du vivre-ensemble.

« Et vous ? ». C’est plus complexe : le régime encourage, soutient et dépense pour le « vivre-chez-soi », pas pour le vivre ensemble. Le but est de reloger chacun dans un trou, pas de creuser un pays dans le creux de la géographie ; le vivre-ensemble n’est pas un but national algérien. Cela a été dit dix mille fois. La ville est chez nous ennemie, elle est le signe de la blessure coloniale, le lieu de perdition et de négation, l’espace de la vengeance enfouie et secrète. Où ce situe le centre-ville quand l’histoire est refusée ? C’est le centre coloniale rebaptisée ou le centre effacé des cités dortoirs ? La stèle ou le forum ? Le logement tourne le dos au logement chez nous. Ou le contraire. A poursuivre. Cela faisait rêver, au matin gris de Paris, dans la froidure, sur cette ville future que permettait l’utopie de l’architecte.

Longue nuit d’ailleurs. La veille, dans une télé. Sensation d’être à l’intérieur d’un aquarium en regardant Laurent Ruquier, très sémillant, de « On n’est pas couché ». Assis avec les chroniqueurs de la fameuse émission, filmé, flashé, interrogé, essoré. Curieuse sensation de flottement sous les applaudissements. Pensée sur ce que va dire le pays à propos de ce que va dire le chroniqueur. Parler en France pour un algérien est dur : c’est à la fois choisir des mots, choisir des histoires, choisir un passé, un risque, un trébuchement. On ne dit pas en France ce que l’on se dit entre nous sur l’Algérie : règle une. Règle deux : notre âne est meilleur que leur cheval, précise le manuel du décolonisé. Règle trois : chaque mot a deux visages, trois sens, quatre synonymes et cinq boules de fer au pied. Malaisé. J’aurais voulu n’être ni Français, ni Algérien, mais Bolivien par exemple. Parler de Camus, de l’histoire, de la blessure coloniale, mais avec distance. Ne pas être malade de l’Histoire. Difficile : comment à la fois dire que la colonisation est un crime mais que l’indépendance est un désenchantement ? Comme dire que la France a tué mais que le désastre algérien présent sur le dos de la colonisation est facile et comique, vu de la lune ? Comment parler de l’islam sans tomber ni dans l’islamophobie facile ni dans l’islamophilie ridicule comme explication du cosmos ? Quatre heures d’enregistrement.

Le temps de s’ennuyer un peu, rire beaucoup, regarder, parler, répondre, surveiller sa langue par ses oreilles et regarder la télé de l’intérieur. Intéressant le cosmos-show Occidental. Avec en clou de spectacle une empoignade entre deux chroniqueurs français : Natacha Polony et Aymeric Caron. Du ravissement, à la même table que vous… Et un peu d’ennui. Si loin de nous. Les sujets ? L’immigration, le crime, les faux chiffres, la droite, la gauche, Le Pen, Zemmour etc. Dans tout ça les « arabes » ou les immigrés en gros ont le rôle du cadavre. Comme dans L’Etranger. Tout part d’eux, mais sans eux. Ce fut bien comme émission cependant. Fini tard.

La nuit, Paris est un ciel nocturne inversée : il commence au sol, sous vos pieds, puis s’élève avec vos yeux quand vous renversez la tête vers la voûte noire, dans votre taxi silencieux.

A propos de l'auteur

Kamel Daoud

Kamel Daoud

Rédacteur

Journaliste/chroniqueur au "Quotidien d'Oran" (Algérie)

Ecrivain

Prix Mohamed Dib 2008

Sélection au Goncourt de la Nouvelle 2011 pour "Le Minotaure 504" (Editions Sabine Wespieser)

 

Commentaires (1)

  • Martine L

    Martine L

    05 janvier 2015 à 09:26 |
    Intéressant, quand on n'a pas vu l'émission ( mais qu'on s'interroge : qu'est-il allé faire, là ?) d'avoir cette perspective sur ce qui se passait " dans la tête de Kamel", et de lire ce rendu, fin, d'une grande acuité, qui rassure : il ne suffit sans doute pas d'inviter un grand de la pensée et de la littérature, pour le capturer... ouf !

    Répondre

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.