Reflets du temps a lu :

Ecrit par Gilberte Benayoun le 07 janvier 2017. dans La une, Littérature

Reflets du temps a lu :

Brigitte Stora est sociologue, journaliste indépendante, chanteuse – eh oui ! – et auteure de « Que sont mes amis devenus… Les Juifs, Charlie, puis tous les nôtres » (Editions Le Bord de l’eau, janvier 2016)

Bouleversée par ce livre, et par ces infinies émotions qu’il m’a procurées, par ce poignant témoignage brillamment composé par l’auteure, Brigitte Stora, et afin que ce témoignage réconforte et apaise, comme il m’a réconfortée, apaisée et sensibilisée… et avec l’aimable, que dis-je, la très sympathique autorisation de l’auteure, j’ai choisi pour Reflets du temps ces quelques extraits, importants à mes yeux, tout comme sont saisissantes et émouvantes les quelques 250 pages de ce remarquable et indispensable « Que sont mes amis devenus… » :

 

Extraits :

« La douleur des assassinats de janvier est encore vive, elle m’a inspiré la colère et l’envie de dire. Pourtant, j’ai souvent pensé que ce n’était sûrement pas fini, qu’à peine mon livre terminé, de nouvelles violences pourraient encore se produire et « relativiser » encore le dernier malheur ».

Ce qui s’est passé le 13 novembre dernier nous laisse sans voix. Les chiffres d’abord effraient. C’est donc plus grave encore qu’en janvier puis le nombre de morts augmente en même temps aussi hélas, qu’une distance de protection qui fait voile entre l’horreur et nous. […] ».

(…)

« Ce sombre vendredi 13 novembre était un des derniers soirs d’automne où il fait encore doux, où l’on se dit qu’on doit en profiter… »

(…)

« Cette jeunesse fauchée, irrémédiablement libre et métissée me fait penser aux ponts que l’on dynamite, aux passerelles que l’on détruit. Avant les passerelles, on tue les témoins et les sentinelles. Les Juifs furent malgré eux, encore une fois, les témoins de la catastrophe à venir. Quant à Charlie, ils ont été fauchés comme des sentinelles vigilantes, comme des avant-gardes éclairées qui ne se prétendirent jamais comme telles mais qu’ils furent bel et bien.

Les amants du chaos, les “je ne suis pas Charlie” et autres collabos de la terreur pourront-ils encore une fois expliquer, justifier, blanchir puis retourner comme ils le font depuis des années, les bourreaux en victimes, les victimes en bourreaux ? ».

(…)

« Catherine avait cette manière étrangère de baisser la voix quand elle prononçait le mot “juif”, une sorte de pudeur comme encombrée d’un mot trop gros. Un signe que, désormais, je reconnais entre tous. Il y a ceux qui peuvent prononcer le mot, d’autres pour qui ce vocable demeure l’innommable… C’est bizarrement au début des années 2000, dans sa quarantaine, que Catherine s’engagea comme jamais auparavant. Contente peut-être de prendre une revanche sur notre jeunesse passée où, par rapport à moi, elle était toujours en retard d’un enthousiasme. Elle trouva suspecte mon indignation devant Durban, se mit à adhérer à un Comité Palestine de son quartier. Forte de son solide bon sens et de son abonnement au Monde diplomatique, elle m’expliqua, l’air grave après le 11 septembre 2001, que “tout cela était lié à la politique des Etats-Unis et d’Israël”. Son frère votait extrême droite, elle en avait honte, mais je réalisais à quel point ils avaient tant en commun : le mépris de la démocratie, la haine de l’Amérique, d’Israël bien sûr, des élites, des politiques, des pistonnés, bref des suceurs de sang du petit peuple authentique dont elle était l’une des honnêtes représentantes. Elle était professeur d’histoire, pourtant, elle aurait dû reconnaître cette soupe populiste dans laquelle les juifs sont toujours le liant. Elle avait prénommé sa fille Rachel (au temps furtif où les Juifs étaient encore à la mode), elle me fit part de son inquiétude : est-ce que ce prénom n’allait pas “se retourner contre elle maintenant ?” Elle n’a pas su, sur le moment, que cette phrase sonnerait le glas de notre amitié. Il y eut d’autres Catherine, d’autres histoires si proches qu’avec mes amis juifs, désormais plus nombreux, nous nous racontons régulièrement. Parfois il me semble qu’un voile s’est glissé entre mes rêves et moi, le même qui semble me séparer de beaucoup de mes amis d’hier. Ce n’est peut-être que le temps qui passe… Il y a toujours de justes causes, il m’arrive encore de manifester le 1er mai, le 8 mars, pour les sans-papiers, les sans-droits, mais je demeure sur le côté, la foule ne m’entraîne plus. Je repense aux vers d’Aragon :

 

Vous voudriez au ciel bleu croire,

Je le connais ce sentiment,

J’y crois aussi moi par moments,

Comme l’alouette au miroir.

[…] »

(…)

A mes enfants et à tous les enfants qui ont grandi dans un monde sans rêves ni illusions, je veux leur dire qu’ils ont peut-être aussi gagné du temps. Ma génération a connu un privilège presque unique dans l’histoire, nous avons pensé qu’après la Catastrophe la source du venin était tarie, nous avons cru en un monde pluriel où nous avions enfin notre place. Cet incroyable confort m’a autorisée l’impatience, le désir brûlant de changer le monde, comme une envie virile et peut-être déplacée de croire pouvoir ensemencer l’histoire. Il y a pourtant un chemin entre l’impatience et la passivité, un chemin de vigilance, et c’est peut-être cela votre chance : avoir des exigences aussi fortes que vos rêves ».

… … …

 

La réponse au ki-c-ki du samedi 26 novembre 2016 : « Lettres à une amie vénitienne », Rainer Maria Rilke

A propos de l'auteur

Gilberte Benayoun

Gilberte Benayoun

Rédactrice/Lectrice/Correctrice

Membre du comité de rédaction


née le 1er octobre 1945, en Algérie, à Tlemcen.
Vit en France depuis 1962.

Parcours professionnel en région parisienne : Secrétaire dans différents services administratifs de la Fonction Publique, de 1962 à 2005.

Autodidacte. Pas de formation universitaire.

Activité occasionnelle, pour le plaisir, et à titre bénévole : "tapeuse de manuscrits" pour écrivains
(saisie informatique - traitement de texte - relecture - corrections - mise en forme)

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.