Bonne année, bonne santé !

Ecrit par Pierre Audin le 07 janvier 2011. dans Mathématiques, La une, France

Bonne année, bonne santé !


2011 est un nombre premier. Ça ne change pas grand chose pour nous, de même que 31 décembre ou 1er janvier, ça ne change pas grand chose. Si, le 1er janvier est férié, c’est mieux que le 31 décembre. Le 1er mai aussi et il n’y a pas ce déferlement de « bon mois, bonne santé » le 1er mai, seulement du muguet porte-bonheur. Mais que l’année soit un nombre premier, c’est un événement qui se fait de plus en plus rare.

Jusqu’à 100, il y a 25 nombres premiers. De 2000 à 2100, il n’y en a que 14 :

2003 2011 2017 2027 2029 2039 2053 2063 2069 2081 2083 2087 2089 2099


Il y a une infinité de nombres premiers, certes, mais globalement, plus on avance, plus les nombres premiers se font rares. Parmi eux, il y en a qui vont par deux. Bon, évidemment, deux nombres consécutifs ne peuvent pas être premiers tous les deux, sauf cas rare. Sauf cas rare, un nombre premier n’est pas pair. Parmi les nombres impairs, si deux nombres qui se suivent sont premiers tous les deux, on les appelle « jumeaux ». Dans la petite liste des 14 nombres premiers entre 2000 et 2100, on en trouve trois couples. 2027 et 2029 sont jumeaux. 2081 et 2083 le sont aussi. Et 2087 et 2089. Dans la même décennie, on trouve deux couples de nombres premiers jumeaux, le maximum possible.

Des nombres premiers jumeaux, ça semble relativement fréquent. Mais on ne sait toujours pas s’il y a une infinité de couples de nombres premiers jumeaux.

La prochaine fois que l’année sera un nombre premier, ce sera en 2017. Là, on sait que le petit président ne le sera plus. Amusant non ? Dans une discipline qui semble aussi incertaine que la politique, on a une certitude. Dans une discipline, les mathématiques, qui semble tellement pleine de certitudes, il reste des questions dont on ne connaît pas les réponses. Beaucoup.

A propos de l'auteur

Pierre Audin

Pierre Audin

Rédacteur

Pierre Audin, fils de son père, frère de sa soeur, professeur défroqué de mathématiques.

Médiateur scientifique au département de mathématiques du Palais de la découverte.

Site : http://audin.lautre.net

Commentaires (6)

  • Eva Talineau

    Eva Talineau

    16 avril 2011 à 18:50 |
    il a du charme, cet article, on en redemande...j'aimerais juste un éclaircissement, est-ce que c'est de l'humour, lorsque vous dites qu'un nombre premier ne peut pas être pair "sauf cas rare", ou est-ce que, de quelque manière biscornue, ce "cas rare" existe vraiment, même s'il est évident qu'un nombre divisible par deux n'est donc pas premier ? en matière de mathématiques, comme dans la vie, d'ailleurs, je m'attends à ce que ce qui est "évident" ..se révèle, souffrir, justement, telle ou telle exception..

    Répondre

  • audin

    audin

    08 janvier 2011 à 23:28 |
    Oui, c'est vrai que les certitudes en politique ... il pourrait perdre en 2012 et gagner en 2017, sans compter les possibilites de coups d'etat etc. Le cadre est mou, difficile de s'appuyer dessus. Et comme le PS n'est pas "solide" (c'est de la physique, la) je ne sais pas bien comment lui appliquer des nombres premiers, ou quoi que ce soit.

    Un rationnel a une raison commune avec l'unite : ou se trouve l'unite, ou la raison (commune, en plus) ? Oui, irrationnel, ca va bien au PS. Nombre, c'est moins sur.

    Soyons honnetes, il n'y a pas que le PS qui soit concerne. Les ecolos, la droite (extreme ou pas), c'est tout aussi irrationnel.

    Mieux vaut faire des maths que de suivre cette course a la presidence.

    Répondre

  • Jean-François Vincent

    Jean-François Vincent

    08 janvier 2011 à 15:45 |
    L’inconnue est un point de commun entre les mathématiques et la science politique ; mais alors que les premières la démasquent par le raisonnement, la seconde doit s’en remettre à l’intuition ou aux probabilités des sondages (tiens, encore les maths?). Le propre des sciences « molles », je veux parler des sciences humaines, est, en effet, de devoir prendre en compte le caractère irrationnel, donc imprévisible des comportements...Irrationnel, irrationnel, n’y a-t-il pas aussi des nombres irrationnels ? Décidément les maths, toujours les maths !

    Répondre

  • Martine L

    Martine L

    08 janvier 2011 à 14:16 |
    J'aime beaucoup, avec vos dernières lignes, ce stupéfiant mélange maths - politiques ; on en rêvait, vous l'avez fait . Uu petit service, s'il vous plait ! ça donne quoi, les nombres premiers appliqués au PS ? Important pour les années futures !

    Répondre

  • Mahmed Akrich

    Mahmed Akrich

    08 janvier 2011 à 00:44 |
    Heureusement qu'on ne mesure pas notre âge aux seules années en nombres premiers ! 1) Nous mourrions bien jeunes 2) Il ne me resterait que peu de temps ! :-)
    Quant au président, je crois qu'il y en beaucoup qui espèrent qu'il ne sera plus là AVANT la prochaine année en nombre premier !!

    Répondre

    • audin

      audin

      09 janvier 2011 à 09:42 |
      Pour des ages en nombres premiers, voila les ... premiers : 2 3 5 7 11 13 17 19 23 29 31 37 41 43 47 53 59 61 67 71 73 79 83 89 97 101 103 107 109 113 127 131 137 139 149 151 157 163 167 173 179 181 191 193 197 199 ... ca fait pas mal de possibilites.

      Avant 100 ans, il y a 25 ages premiers. D'accord, Jeanne Calment elle-meme n'a pas atteint 127 ans. Mais elle a eu trente fois un age premier. La derniere fois, c'etait a 113 ans, et je parie volontiers qu'il n'y a pas beaucoup de lecteurs de "Reflets du temps" qui peuvent se dire "il ne me reste pas beaucoup de temps avant d'avoir 113 ans". A 50 ans, on n'a fait que la moitie des nombres premiers qui permettent de rivaliser avec l'ex-doyenne.

      Répondre

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.