Le Tout bon des Reflets : ma bouillabaisse space

Ecrit par Martine L. Petauton le 22 février 2014. dans La une, Gastronomie

Le Tout bon des Reflets : ma bouillabaisse space

Est-ce parce que Montpellier est entre Marseille et Sète, que ma bouillabaisse n’est ni de là, ni de là. Et, qu’elle fait s’esclaffer mon poissonnier : – alors là, votre bouillabaisse, elle est space ! faudrait pas la montrer à mon tonton (il est de Marseille). Tout ça dit avec cet accent de Montpellier qui traîne un peu moins sur les finales que sur la Canebière, mais ricoche joliment, comme galets de Maguelone… Pour aller à la mer, ici, c’est trois tours de roue en suivant le Lez, et, du reste quelques mouettes se perchent l’été sur les toits de mon quartier.

Ma bouillabaisse partage avec les grandes sœurs ce « tout dans le pot » saveurs fortes et poissons, trempant dans le jus ocre avec les pommes de terre. Plat complet de toutes les saisons. La mienne est « space » parce qu’elle oublie des choses, en ajoute qu’il ne faudrait pas, et, surtout, est vite faite !

Il vous faut :

Quelques grondins rouges, des rougets si j’en trouve (récemment, la mer était trop mauvaise), un bon bout de queue de lotte, 2 sardines pour le peps, une grosse poignée de moules de l’étang de Thau, des poissons de roche, j’évite (aïe ! ça coince avec les Marseillais) car ils parfument mais on ne les mange pas. Deux gambas par personne ou grosses crevettes sauvages. Cher, le panier de poissons ! Mais, quoi !!

Légumes, tout aussi importants : un poireau, des tomates ou une boîte de pulpe, de l’ail (ne plaignez pas), quelques beaux oignons rouges de l’Aveyron, et vos pommes de terre.

Épices et aromates : thym laurier, safran !! poivre et sel, et… quelques gouttes de Pastis !

Préparation / cuisson :

Des tranches de pommes de terre alternent avec des tranches d’oignons ; pulpe ou tomates en second rideau, poireau coupé ; et puis, votre poisson (vous n’ajouterez les moules et gambas que vers la fin).

Tout ça tourné dans de l’huile d’olive. Épices, aromates, et partez – petits bouillons – pour 45 mn de mijotage.

Un pot de Rouille aura été acheté ; des croutons frottés d’ail, grillés dans l’huile d’olive.

L’assiette :

Elle sera agencée – creuse – avec ses pommes de terre et autres légumes, les poissons et crustacés, trempant dans le bouillon. Chacun dégustera un crouton nappé de rouille, trempé dans le bouillon – ça, c’est pour la cuillère, et, ça, c’est pour la fourchette, le morceau de la mer et la tranche de pomme de terre. Un verre de blanc de Cassis, ou un Picpoul des garrigues…

C’est plus que bon !!

 

Bon appétit, messieurs, et mesdames aussi

A propos de l'auteur

Martine L. Petauton

Martine L. Petauton

Rédactrice en chef

 

Professeur d'Histoire-Géographie

Auteure de publications régionales (Corrèze/Limousin)

 

Commentaires (1)

  • Jean-François Vincent

    Jean-François Vincent

    22 février 2014 à 19:42 |
    J'en ai l'eau à la bouche!...

    Répondre

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.