Un aligot pour les "petits jours" à venir

Ecrit par Martine L. Petauton le 30 septembre 2011. dans Vie quotidienne, La une, Gastronomie

Un aligot pour les

Le parfum des grands plateaux à moutons de ce Massif Central qui n’en finit pas, quand on dévale vers le sud… Quelque chose qui musicalise avec les vents coulis qui vous happent, dès que vous descendez de voiture. Autour, il y a un Saint-Flour ou un Saint-Chely d’Apcher ; le Larzac, cher à nos vieilles banderoles « gardarem… » est là, pas loin.

L’Aligot est, avec la Potée, un de ces plats de pays pauvre – à tout le moins, « regardant » – on n’avait pas le sou ; on trimait dans une terre ingrate (il suffit de la regarder) ; on s’exilait aussi beaucoup, au pied des volcans endormis, et la fête, au retour, au son des vielles, avait besoin de quelque chose de pas cher – évident – mais aussi de revigorant !

Votre aligot des villes et du « j’ai pas le temps de cuisiner » se fait en deux coups de cuillère, et une cocotte.

Il vous faut :


– un reste copieux de purée de pommes de terre, pas trop moulinées – version rapide, une purée en sachet ;

– un morceau (poids à évaluer avec le fromager, selon le nombre de convives) de TOME FRAICHE de Cantal ;

– une gousse d’ail ; 3 brins de persil ;

– touche personnelle (à ne pas valider, en cas de taux de cholestérol élevé) : une grosse cuillère de crème fraîche, non allégée, cela va sans dire.


Il vous faut surtout une bonne vieille cocotte de grand-mère, en fonte, et c’est parti !

Frottez votre fond de cocotte avec l’ail ; posez sur feu doux ; coupez en tranches votre morceau de tome ; surveillez la fonte qui ne doit pas roussir. Vers la fin vous introduisez à la cuillère votre purée, et mélangez ; à peine 2 minutes pour amalgamer l’ensemble. Votre crème apporte la touche d’onctuosité, et le persil, sa saveur inégalable.

Vous servirez votre aligot avec salade et – si votre richesse vous le permet – de belles tranches de jambon de montagne. Un vin qui « tient », ceux du pays aveyronnais, par exemple…

 

Bon appétit !


Martine L. Petauton


A propos de l'auteur

Martine L. Petauton

Martine L. Petauton

Rédactrice en chef

 

Professeur d'Histoire-Géographie

Auteure de publications régionales (Corrèze/Limousin)

 

Commentaires (6)

  • Martine L

    Martine L

    05 octobre 2011 à 09:15 |
    Bien! ce sont toujours les garçons qui viennent en cuisine, quand ça sent bon, avec de bonnes suggestions, notamment côté vin ( ah! ah! l'aligoté, je n'y avais pas pensé, mais je persiste et signe pour les " petits" vins aveyronnais )cependant, chers amis commentateurs, savez vous que dans les jeunes générations, ce serait majoritairement les mâles qui seraient aux fourneaux, tandis que les femmes se pointeraient, elles, comme grands chefs !

    Répondre

    • Jean Le Mosellan

      Jean Le Mosellan

      06 octobre 2011 à 08:57 |
      Je fais la cuisine quand ça me chante. Mais ça me chante constamment. Une manie à ligoter,selon certains,lorsque je me prends pour un grand chef .

      Répondre

    • Jean-François Vincent

      Jean-François Vincent

      05 octobre 2011 à 15:45 |
      Pas seulement les jeunes générations : chez moi, c'est toujours moi qui fais la cuisine!

      Répondre

  • Jean Le Mosellan

    Jean Le Mosellan

    04 octobre 2011 à 10:01 |
    Vous pourriez remplacer le jambon par du lard,c’est moins cher encore. Du fumé ,à cause de l’ail sur fonte,ou mieux encore du petit salé pour respecter la couleur locale. Vous feriez en effet une sérieuse économie de sel. Et pour accompagner ce plat rustique ? De l’aligoté,bien sûr. Ca vous permettrait à coup sûr d’être toujours regardant,et respecter le rapport qualité/prix. Bon appétit !

    Répondre

  • Lévy Maurice

    Lévy Maurice

    02 octobre 2011 à 10:50 |
    Hum ! Je crois bien que je vais parlementer avec ma chère moitié pour qu'elle nous conconcte la recette indiquée !!!
    Ca c'est de la littérature ! Hum, ça sent bon ... M.L.

    Répondre

  • Jean-François Vincent

    Jean-François Vincent

    30 septembre 2011 à 19:27 |
    Vous me mettez l'eau à la bouche,chère Martine!...Et avec cet aligot, quel vin proposeriez-vous?...Peut-être un bourgogne...Aligoté!

    Répondre

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.