Comme un parfum d'automne...

Ecrit par Léon-Marc Levy le 20 octobre 2010. dans Vins du monde, La une, Gastronomie

Comme un parfum d'automne...

L’automne a des charmes irremplaçables : C’est, chère Martine L., le retour des champignons et, en même temps, le retour des grands Bordeaux sur nos tables. Tous les passionnés des grands châteaux girondins vous le diront : les mois d’été ne se prêtent guère à la dégustation de nos précieux Cabernet-sauvignon ou de nos non moins précieux merlot. Affaire de température assurément : un grand bordeaux se déguste entre 15 et 18° Celsius. Surtout pas plus : au-delà, les arômes et les saveurs « s’étalent », s’amollissent, prennent des contours approximatifs.

Hier nous fêtions entre amis le retour des stars du Médoc. Après une entrée d’escargots/flageolets à la pointe de cumin et crème fraîche et des grenadins de veau forestière, accompagnés bien sûr de giroles de Dordogne (il n’y a pas que la Corrèze dans la vie...) venait, triomphant, un château Lagrange 1990* ! Merveilleux St Julien dans un millésime qui ne l’est pas moins...

Note : 17/20. Garde : jusqu’en 2020

La robe est sombre, magnifiquement touchée de teintes tuilées.

Le nez est une explosion de sous-bois, de cassis confit et d'arômes marqués de chocolat et de thé condensé. Incroyable complexité.

En bouche, dès l'entrée, c'est à la fois profond, suave et d'une richesse étonnante. La texture se fait velours mais dans une tenue très droite, ferme, encore contenue par des tannins intégrés mais bien présents. Le fruit confit envahit le palais dans sa toute largeur. Le milieu de bouche laisse s'ouvrir des saveurs très cire d'abeille, avec des senteurs d'encaustique. C'est d'une très grande longueur et la finale mène à un retour olfactif très fleuri, dans le style des rosacées. C'est un grand vin.

Je vous le dis, l’automne a des charmes…

 

A propos de l'auteur

Léon-Marc Levy

Léon-Marc Levy

 

Modérateur

Professeur agrégé de Lettres Modernes

Maîtrise de philosophie

Directeur du magazine "La Cause Littéraire"

Rédacteur en Chef du "920-Revue.fr"

Animateur de "Thème et Texte"

 

Commentaires (10)

  • Jacques Petit

    Jacques Petit

    23 octobre 2010 à 17:36 |
    Que de souvenirs,réels pas en miettes,que de regrets de ne plus pouvoir les déguster .
    BUVONS VOIR,OUI,OUI SI LE VIN EST BON......

    Répondre

  • Michel Renault

    Michel Renault

    21 octobre 2010 à 17:06 |
    Encore une délicieuse chronique de Léon-Marc...
    Que ne suis-je à la retraite pour m'en délecter encore et encore... et ne plus répondre en temps masqué, pianotant d'un doigt coupable sur le triste clavier du labeur...
    Comment ?
    A la ...
    ... retraite ?
    C'était quoi ça déjà ?

    Michel
    ex-futur retraité

    Répondre

  • Guerrier Elisabeth

    Guerrier Elisabeth

    21 octobre 2010 à 16:40 |
    " Le fruit confit envahit le palais dans toute sa largeur "
    Ne rien boire, sauf les paroles...

    Répondre

  • Martine L

    Martine L

    21 octobre 2010 à 14:07 |
    Je n'oserais pas, Léon Marc, vous demander si ce poème de vin - vous écouter raconter le vin , restera une de mes découvertes préférées - ne serait pas trop royal pour ma poêlée de cèpes ?

    Répondre

  • monique benhadj

    monique benhadj

    21 octobre 2010 à 10:14 |
    Raffinement du palais et de la traduction de ce précieux bordeaux dégusté ...l'automne évoqué comme un délice partagé, je savoure aussi l'effervescence de mon nouveau bonheur de grand-mère, c'est l'effet LISE! Amitiés

    Répondre

  • Michel

    Michel

    21 octobre 2010 à 00:22 |
    Il y a donc des grands Bordeaux ? je rigole. Lagrange est toujours un de mes préférés. J'ai un souvenir immortel du 82 (le dernier avec l'ancienne étiquette avec un cavalier).
    Et depuis, je suis resté fidèle.
    Dommage qu'ils s'obstinent à faire un deuxième vin assez indigent.

    Répondre

  • Chloé

    Chloé

    21 octobre 2010 à 00:17 |
    Je ne sais pas parler du vin mais j'ai un vrai plaisir à la boire et à écouter les gens autour de la table. Le vin est un moment de partage et d'intelligence. D'amitié. Et toujours des souvenirs qui restent liés aux gens qui étaient là, ou plus là...

    Répondre

  • Matthieu Delorme

    Matthieu Delorme

    21 octobre 2010 à 00:15 |
    Le dernière fois que j'ai dégusté un Lagrange, c'était un 90 ! Quel bonheur de le retrouver ici sous votre chronique aussi velours que ce vin. Je me rappelle une incroyable concentration et des sensations qui changeaient à chaque seconde. J'ai goûté le 2000 récemment. Encore un peu fermé mais je pense aussi grand.
    Merci à vous !

    Répondre

  • jocelyne

    jocelyne

    20 octobre 2010 à 19:01 |
    Votre éloquence et votre magnifique poèsie pour "raconter" les grands bordeaux sont le reflet des charmes de l'automne.
    Merci pour cette envolée.

    Répondre

  • Jean-François Vincent

    Jean-François Vincent

    20 octobre 2010 à 18:33 |
    Je suis toujours en admiration face aux commentaires oenologiques, moi qui suis tout capable de dire si j'aime ou non, et, au mieux, de décrire les arômes...Je viens d'apprendre qu'un vin s'apprécie différemment en fonction des parties de la bouche...Décidément, je crois que je ne serai jamais sommelier, tout juste buveur!

    Répondre

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.