Humour

Les "Faux-gens"

Ecrit par Yan Le Gat le 09 septembre 2011. dans La une, Humour, Société

Les

Ne vous y trompez pas, ce billet n’est ni un mouvement d’humeur, ni un regard condescendant porté sur l’impudeur décérébrée des programmes populaires diffusés sur certaines chaînes. Non, il s’agit de tout autre chose ici. J’entends en effet dénoncer un vaste complot et faire toute la lumière sur un des plus grands scandales de la télévision moderne : les faux gens. Faux gens ? Oui, faux gens déguisés en vrais gens. C’est ça l’astuce, la vraie fausse arnaque ! Des exemples ?

Nous voici sur un parking du fin fond de la Picardie. Le temps est gris, les fronts sont bas. Antoine dit Tonio essaye un nouveau camion avec son (faux) ami Didier, dit Dédé. La voix off insiste sur moult détails techniques aussi abracadabrants les uns que les autres : – « Regardez Antoine dit Tonio comme il a l’air heureux  sur ce superbe truck-bi-compressor-turbo-line-réservoir-chromé-à-chaud ». Technique littéraire éprouvée, les détails ajoutent au réalisme du récit.

Car Tonio est « fan de »… camion. Bon, admettons. Mais là où il y a un hic, c’est la femme de Tonio, Janine, qui… est là. Mise en intrigue vertigineuse, on devine la tragédie qui sourd quand la caméra marque un temps d’arrêt sur la pauvresse, les yeux embués par la colère et l’incompréhension.

Tyrannus

Ecrit par Sana Guessous le 01 août 2011. dans Ecrits, La une, Humour

Tyrannus

Frimousse devait avoir huit ans et peser une trentaine de kilos, cartable compris, quand elle goûta pour la première fois aux délices suprêmes de l’agression caractérisée. Ses immenses yeux de ruminant fixaient le museau de Wolf, un robuste berger allemand qui haletait amoureusement à deux centimètres de son minuscule nez en tire-bouchon. Elle se mit en devoir de palper l’archipel nasal, le trouvant humide, spongieux, une sorte de Shamallow noir orné de trous. Les parents de Frimousse lui hurlaient souvent de se tenir loin de Wolf. «Il pourrait te mordre, sait-on jamais !», lui disaient-ils pour justifier leurs bruyantes sommations. Seulement, cela faisait plus d’un an qu’elle et Wolf folâtraient interminablement sur la pelouse, sans qu’à aucun moment le gentil clébard ne songeât à l’égratigner. Ce jour-là, Frimousse était horriblement dépitée. Elle nourrissait le désir secret et vain de voir sa main d’albâtre partir dans une pétarade de sang et de chair broyée. Secret désir, car elle n’osait s’avouer à elle-même de si odieux penchants et vain parce que le Berger allemand, tout vigoureux et tout paré de crocs qu’il fût, ne l’entourait en définitive que de la plus nauséabonde sollicitude. Dans un accès de colère feinte, Frimousse donna une généreuse claque à Wolf, qui ne broncha pas.

Billet fou : Boute-en-train façon Corrèze

Ecrit par Luce Caggini le 17 juin 2011. dans France, La une, Société, Humour

Billet fou : Boute-en-train façon Corrèze



Un petit rendez-vous de potes sur vague en passe de devenir tsunami.

Dans le clan des chiraquiens, le mot est vu comme un pardessus de chameau sur une chape de ramassages de roulements de tambours.

Reste à Dominique de ralentir le pas avant de rater la marche du perron du Monténégro.

Vie et trépas sont les deux mamelles de la voie du parlement dans les articles réactionnaires de la Corrèze.

Mettre les beaux argonautes avec les beaux vanneaux dans la même chaloupe,

VENUS d'ailleurs

Ecrit par Eric Thuillier le 17 juin 2011. dans La une, Humour, Société

VENUS d'ailleurs

Tenez, par exemple, ça n’a rien à voir avec mon sujet mais la semaine dernière, ou celle d’avant je ne sais plus bien, le temps qui ne veut pas faire de pause brouille un peu mes repères, j’ai vu une pleine page de pub pour Orange et une proposition commerciale nommée Open. Comme le O, en très gros, entourait une maison mise en joie et en couleurs par un collage d’images grand écran pour toute la famille, c’est le « pen » qui était le signe lisible. Tiens, me suis-je dit, Orange et Le Pen, ça me rappelle quelque chose.

Internet s’ouvre chez moi sur la page d’accueil d’Orange. Elle nous offre les dernières informations déclinées de manière intangible sur trois registres, politique et faits divers, sportif, people. Je n’avais pas pris la peine de cliquer sur ces articles jusqu’au jour où je me suis fait la remarque que la famille Le Pen était souvent à l’honneur. Je clique le jour où la bonne Marine avait évoqué avec la finesse et la retenue qui font qu’elle n’est pas, à ce que j’ai entendu dire, la fille de son père, les prières dans la rue.

Je découvre que l’article, simple copié/collé d’une dépêche d’agence, suscite des milliers de commentaires qui émanent neuf fois sur dix de partisans du FN et sont en matière de finesse et de retenue un peu en retrait de celle qui les suscite.

Le dernier dinosaure

Ecrit par Sana Guessous le 30 mai 2011. dans Ecrits, La une, Société, Humour

Le dernier dinosaure


Ce soir, je dîne avec un paléontologue. Je l’emmène manger des pâtes, sait-on jamais. Après deux verres de vin, une carcasse de canard pourrait ressembler à un fossile de Stégosaure. Les gens ne comprendraient pas.
Ma gorge est un désert, ma tête, un brasier. Il faut dire que j’ai attendu ce Moment toute ma vie. Et à quelques minutes du Moment Fatidique, je perds mes moyens et mes bas nylon, cognant rageusement ma pernicieuse corbeille à linge. Il ne faudrait surtout pas rebuter ce jeune homme. Comme le plus beau mammifère de l’ère mésozoïque, je mérite d’être étudiée de très près.
C’est donc munie de ma cartouche de sourires les plus incendiaires que j’investis le restaurant. Çà et là, des hommes d’avenir que je regarde à peine. Au fond, mon homme du passé, que j’auréole de pinceaux, de piolets et de poussière. Il est beau comme une nuée de lucioles sur une tente de camping. « L’admirable petit spécimen ! Je vous imaginais plus charnue. Votre cou n’a rien à envier à celui d’un Diplodocus. Ravissant ! » Oh oui, dis-le moi encore, que j’ai un cou de Diplodocus. J’ai envie de l’appeler Denver, d’être son amie et bien plus encore. Je me contente d’une décharge de sourires. « Ces bêtes étaient fichtrement douées en amour, vous n’avez pas idée.

Qu'est-ce que que ? (3) Coïto ergo sum

le 30 mai 2011. dans Ecrits, La une, Humour

Qu'est-ce que que ? (3) Coïto ergo sum


Pour Descartes, c’est l’activité réflexive qui crée l’identité purement humaine, et nous distingue par là des animaux. Cela semble assez indiscutable, et pourtant, on peut lui faire un reproche, de taille. Pour ma part, je connais « être heureux », « être amoureux », « être rassasié », etc. « Être », tout court, ça n’a guère de sens, si ce n’est d’être conscient, le minimum que l’on exige de l’être humain pour le reconnaître vivant.

J’irai même plus loin en affirmant qu’être conscient, en soi, c’est un minimum qui n’est pas très satisfaisant, si l’on n’est en mesure que de dire par exemple « je suis seul, affamé, pauvre, perdu… ». Bien sûr, je conserve ma dignité d’être humain, mais cette existence n’a en soi que peu d’intérêt, puisque n’étant guère enviable.


Avant le Déluge (2)

Ecrit par Non Solum Sed Etiam le 23 mai 2011. dans La une, France, Politique, Humour

Avant le Déluge (2)


François Hollande veut être un président normal. C’est lui qui l’a dit c’est lui qui l’est.

Quel programme présidentiel ! J’évite de me demander ce que c’est un président normal. Enfin je veux dire je me contente du sens premier, sinon je vais me perdre dans le débat interminable et ennuyeux sur ce qu’est la normalité. Un président normal c’est un président qui n’est pas anormal. Et si le bon Françoooois pense important de le souligner c’est qu’il trouve que les autres, présidents ou présidentiables, sont anormaux. Il a raison.

J’en ai connu un qui se prenait pour un général qui avait sauvé la France ! On rêve. Un autre qui croyait que Marylin Monroe parlait de lui dans une de ses chansons ! Le malheureux. Encore un autre,  qui s’invitait manger comme ça, à l’improviste, chez des péquins moyens qui n’en revenaient pas.  Le suivant souffrait d’un grave problème d’orientation, incapable de distinguer sa droite de sa gauche. Après, on a eu encore mieux, un président zoophile, qui caressait le cul des vaches !

Waitin' for DSK (2)

Ecrit par Non Solum Sed Etiam le 13 mai 2011. dans La une, France, Politique, Humour

Waitin' for DSK (2)

On savait que les élections sont de plus en plus un jeu de communicants. Mais de vases communicants. De tissus adipeux. Hollande (Françooooiiiis) en a perdu 10 kilos. Bien joué. Notre DSK en a gagné autant. Pas mal joué non plus. Au ris de veau pour Dominique. On dit qu’il en raffole – façon Chirac tête de veau – mais le ris de veau c’est quand même plus classe. L’ennui c’est que les cartes se brouillent, Hollande l’austère c’est en Corrèze, terre grasse de nourritures grasses. DSK l’hédoniste c’est à Washington – terre réformiste, quasi janséniste – de nourritures austères. De quoi s’y perdre. On l’a vu d’ailleurs, cook DSK, il y a quelques semaines, dans un documentaire sur la 2 en train de se faire griller un pôvre filet de bœuf – avec Anne mettant la table. Le couple Papie-Mamie mais chic, bien propre, « clean » on dit dans leur rue là-bas.
Les chargés de com des hommes et des femmes politiques devraient se mettre d’accord une bonne fois sur le tour de taille idéal d’un présidentiable. A 12 mois du sprint, il serait temps qu’ils s’y mettent : à maigrir, à grossir. A grandir ils auraient du mal même si certain en rêve.

Waitin' for DSK* (1)

Ecrit par Non Solum Sed Etiam le 09 mai 2011. dans La une, France, Politique, Humour

Waitin' for DSK* (1)

Ici commence pour RDT une chronique chronique (c’est grave doc ?). Celle des semaines (des mois ? Des années ?) qui viennent, à la recherche de DSK. Viendra, viendra pas. Saura, saura pas. Gagnera, gagnera pas. Tiendra, tiendra pas.

Pourquoi cette chronique improbable ? C’est simple : depuis que Sarko est frappé de mutisme, ne bouge plus ni pied, ni patte, ni épaules, ni menton, on s'ennuie. La seule partie de son corps qui bouge encore un peu est à la rubrique « maternité ». Mélenchon ne fait plus rire que lui-même, installé dans un rôle de Coluche du pauvre. Copé et Fillon font la paix. Le Besancenot de La Poste se retire. On va mourir d'ennui. Donc, il ne reste décidément plus que DSK. On suit, on s'intéresse, on épie.

La première scène en date, c’est une affaire de Porsche. Même pas la sienne (il pourrait pourtant s’en payer un parc complet s’il veut). Non, la Porsche d’un copain qui le raccompagne chez lui. Et voilà l’inénarrable « Figaro » qui en publie, tenez-vous bien, une page complète de samedi. Avec photo à l’appui. Elle est belle d’ailleurs, la Porsche. Anne Sinclair aussi.

Maman, j'ai peur du blanc !

Ecrit par Yan Le Gat le 18 avril 2011. dans La une, Humour, Cinéma

Maman, j'ai peur du blanc !

On a peur du noir, pas du blanc. Avoir peur du blanc, c’est aussi ridicule que voir marron au lieu de voir rouge, de voir la vie en jaune ou de franchir la ligne caca d’oie. Bref, c’est aberrant. Et pourtant, qui n’a pas eu peur en visionnant Shining ? Hein, franchement ? Sauf que la majeure partie du film de Kubrick se passe en plein jour. La question en suspens est donc la suivante : Faut-il éteindre les lumières pour avoir moins peur ? Pas sûr. Le film commence pourtant comme dans un reportage d’Arthus-Bertrand, par une balade en hélico au-dessus des Rocheuses. On s’attend à voir le Yannou discutailler pollution des sols avec le « payse » du coin. Ben non. Première étrangeté : la musique. Brrr, rien à voir avec le générique de la « Chasse au trésor ». Jack, sa femme Wendy, et leur fils Danny s’apprêtent à passer l’hiver dans l’hôtel Overlook (bizarre ce nom…) à mille lieues de toute habitation. Avant de partir, le gérant, entre deux marques de civilité, leur annonce tout guilleret : « Ah j’allais oublier, savez-vous que le précédent gardien a assassiné sauvagement ses deux filles avec une hache ? ». Boaf, rien de grave, tout va bien. Et puis il y a l’enfant, Danny. Il a un don de médium (le shining) et se met à voir des trucs de plus en plus trash. Un jour, c’est un tsunami d’hémoglobine dans le couloir, le lendemain : redrum écrit sur un mur en lettres de sang. Redrum ?

<<  1 2 [34 5 6 7  >>