Humour

2001, l'Odyssée de l'espèce de ...

Ecrit par Yan Le Gat le 08 avril 2011. dans Ecrits, La une, Cinéma, Humour

2001, l'Odyssée de l'espèce de ...


Si 2001, l’odyssée de l’espace vous a paru énigmatique, c’est que vous n’avez pas perçu le sens caché qui sous-tend ce chef d’œuvre absolu de la SF selon Kubrick. En fait, 2001, c’est l’histoire de l’homme et de la technique. Résumons : le début commence par un rêve. Celui que fait un homme préhistorique du fin fond de sa grotte. Il s’emmerde grave ; ses potes sont des gros bourrins, ils ne pensent qu’à chasser le mammouth et engrosser les femelles. Par désœuvrement, il implore les dieux qui lui envoient un écran plat tout noir pour regarder Lagaf. Sauf que lui, il sait pas comment ça marche les écrans plats, et il pense (à juste titre) que les dieux se foutent de sa gueule ; alors, de dépit, il jette un os, genre fémur d’auroch, qui se tranforme en … vaisseau spatial. Ben quoi ? Pas de problème. Nous voici donc dans l’espace, le pilote de la navette a fumé de la poudre de Kevlar et virevolte dans tout les sens en écoutant du Rondo Venezziano. Hypnotique. Ensuite, des cosmonautes déguisés en cyclopes retrouvent l’écran plat sur la lune ; problème, c’est carrément « has been » ce genre d’objet. Dans le futur, les hommes préfèrent fabriquer de gros ordinateurs surpuissants qu’ils réduisent en esclavage. Nous suivons alors le parcours de HAL, le PC le plus frappadingue qu’on n’ait jamais inventé.

Français, Françaises, accrochez-vous à vos poils !

le 14 mars 2011. dans La une, Humour, Société

Français, Françaises, accrochez-vous à vos poils !


Je regrette parfois que la France manque si cruellement d'imagination et d'esprit d'entreprise. Trop de jeunes se plaignent des obstacles qu'ils rencontrent sur le marché du travail, alors que s'offrent à eux tant de professions ne nécessitant qu'un peu d'énergie et de bonne volonté.

Prenons le cas de cet épilateur…

La semaine dernière, je me suis rendu chez cet homme dont l'ample tour de taille témoigne d'un statut social élevé. Monsieur G. commença par me délester de 20 centimètres carrés de pilosité en deux coups de rasoir jetable, puis l'opération achevée, me présenta sa note : "77 euros… et encore, parce que je ne pratique pas le dépassement d'honoraires."


Alerte rouge : le poisson se cache dans le pré

Ecrit par Adjudant Libero le 28 février 2011. dans Ecrits, La une, Humour

Alerte rouge : le poisson se cache dans le pré


Ce matin j’ai pour mission de mettre ma section en protection sur une portion de la route qui va de Quàng-nm à Da-Nang, centre VIET NAM (à cette époque Touràne).

Un convoi important doit passer vers 8 heures et revenir vers 17 heures. Arrivé sur place, après avoir déminé avec mes deux détecteurs de mines - appelés poêles â frire du fait que lorsqu’on les fait fonctionner ils produisent un bruit similaire à celui de la friture – et avoir ratissé les alentours, je place mes hommes en guet-apens sur trois collines disposées en arc sur la route, puis je m’assieds à l’ombre de deux magnifiques arbres de Bouddha, peuplés de dizaines de perruches colorées et bruyantes.

Vers huit heures le convoi passe sans incident.


Ignorantia legis non excusat

Ecrit par Sana Guessous le 14 février 2011. dans Ecrits, La une, Humour

Ignorantia legis non excusat


Huis-clos. Moi et l’Autre. L’enfer, c’est P. Crâne jaune, sympathique. Yeux de verre, angoissants. Lui, c’est l’Inquisition. Il perquisitionne aussi, mais aujourd’hui, je n’ai pas d’antisèches. Curieusement, c’est entre moi et moi-même que le procès se déroule, dans un climat d’horreur que ma copie subit de plein fouet. Pour son incroyable endurance, nous l’appellerons mon exploit d’huissier.

Déni de justice. Car les juges sont laids, renfrognés d’office. Idem pour les procureurs et les avocassiers. Sauf dans Ally McBeal. Enfin, selon moi. Mais moi-même, qui a révisé, ce fayot, me dit que le droit est charmant, protecteur. Que les misères encourues par les coupablesprésumés, hein, n’est-ce pas – sont rétroactives. Un foetus, oui ! Un foetus devenu poilu et bedonnant peut vous faire morfler devant une cour pour avoir publié son échographie dans un journal ! C’est vous dire. Comment l’odieuse valetaille des tribunaux peut-elle raisonnablement incarner une justice si bienveillante ? Juge et partie, moi et moi-même nous récusons réciproquement.

"L'Erreur est humaine" de Woody Allen

Ecrit par Jean Le Mosellan le 28 janvier 2011. dans La une, Humour, Cinéma



L’illustrateur des nouvelles de Woody Allen (Flammarion 2007) a bien traduit par son dessin le titre original du recueil « Mere Anarchy » avec cette tête de l’auteur à l’envers sur la couverture, évoquant ainsi parfaitement sa manière dans l’art de l’embrouille et du loufoque, porté bien plus loin par la plume que la caméra. Ce que Woody Allen n’arrive pas à filmer, il le met dans ses nouvelles. Il n’y parvient pas toujours, alors il laisse filer ce résidu vers cette déchetterie, « fosse sceptique » dirait-il, que constitue justement « l’Erreur est humaine », titre d’une nouvelle servant d’alibi au titre du recueil. Mais il n’y a rien dans Mere Anarchy qui justifie une telle traduction.

Le Poulet Deshi (traduit de Ricker Winsor "Deshi chicken")

Ecrit par Jean-François Vincent, Ricker Winsor le 14 janvier 2011. dans Ecrits, La une, Humour, Voyages

Le Poulet Deshi (traduit de Ricker Winsor

Ce texte est la traduction en français par Jean-François VINCENT du texte de Ricker WINSOR "Deshi Chicken" publié lundi dernier.

A Katmandou, je plongeai dans mon curry de poulet népalais, servi dans un bol de soupe où nagent ici et là les morceaux de poulet. En mordant le premier morceau, un flot de souvenirs me revinrent à l’esprit : à n’en pas douter c’était bien un poulet Deshi, un vrai poulet bicyclette comme en Afrique (1). Ce poulet avait vécu à l’extérieur, mangeant toutes les choses innommables que mangent les poulets, tout en sillonnant les collines du Népal. Comment je le sais ? En voici le premier signe : quand on le mord, il se rebiffe. « Putain ! Pas si vite, mec ! Tu vas la MORDRE ma cuisse et la mâcher ! J’espère que t’as la gueule bien musclée ».  Cela me fit penser au roi de tous les  poulets Deshi.

Deshi Chicken

Ecrit par Ricker Winsor le 10 janvier 2011. dans Ecrits, La une, Humour

Deshi Chicken


Ce texte de notre ami Ricker WINSOR est publié ici en langue anglaise, c’est-à-dire en langue originale. Nous vous proposerons vendredi prochain sa traduction. Pour l’instant lisez-le tel quel, c’est un bijou !


In Kathmnadu I was dipping into my Nepali chicken curry which comes in a soup bowl with the chicken pieces swimming somewhere in it and as I bit into the first piece a flood of memories came back because this was unmistakably “deshi” chicken, soul-food country chicken. This chicken had had a real life outdoors eating all the unmentionable things chickens eat and running up and down the hills of Nepal. How do I know this? The first sign is that that when you bit down it fights back, like it’s saying, « Not so goddamn fast buddy. You gonna have to BITE  my leg and chew some too. Hope you have some good jaw muscles! » And that made me think of the king of all deshi chickens.

Mystère Léon et Docteur Levy

le 10 janvier 2011. dans La une, Humour

Mystère Léon et Docteur Levy


Monsieur le Procureur de la République,


Dénoncer mes semblables ne fait pas partie de mes habitudes, car la vie m'a enseigné une certaine tolérance à l'égard du genre humain. Mais ce qu'il faut bien appeler le scandale LML passe les bornes. D'aucuns soutiendront que la "personne" en question a déjà largement payé pour ses escroqueries, et que la leçon lui a été profitable. Il n'en est rien, hélas …

J'avais eu récemment l'occasion de mettre à jour les agissements douteux de Monsieur L., aka Big Léon, aka Léon Triple-Threat, aka LML. Ses méthodes barbares, la façon dont il a détourné à son profit la totalité des institutions culturelles du Limousin : chantages, menaces, extorsions, recels d'articles "empruntés" aux plus prestigieux magazines, ont été dûment rapportées ici même.

Si tel est mon bon plaisir ...

Ecrit par Antoine Mack le 07 janvier 2011. dans Ecrits, La une, Humour

Si tel est mon bon plaisir ...



C’est un verbe très beau que nos amis suisses (romands et jurassiens) nous ont sauvegardé, dans leur grande sagesse.

C’est un verbe très vieux, que je n’hésiterais pas, si l’on me demandait mon avis, à faire remonter à nos braves rois fainéants.

C’est un verbe pronominal que nous avons eu tort de négliger au long des siècles, finissant même par adopter pour le remplacer - pourquoi, grands dieux ? - l’italien farniente.

Un bel exemple de réinsertion

le 03 janvier 2011. dans France, La une, Humour

Un bel exemple de réinsertion


La prison, comme le journalisme, mène à tout, à condition d'en sortir … En 1960, jeune lycéen, j'avais participé à la dernière manifestation non-violente contre la guerre d'Algérie. Nous nous sommes retrouvés à 500 pour un sit-in face à l'entrée d'un quotidien de droite, avant d'être fermement embarqués par les poulets et conduits dans un centre de détention de la région parisienne pour le traditionnel "contrôle d'identité". La nuit fut longue, mais émaillée d'échanges passionnants car nous étions entre gens de bonne compagnie. Au petit matin, la volaille nous relâcha à dix kilomètres de la gare la plus proche, histoire d'étouffer en nous toute velléité contestataire. L'épisode le plus mémorable s'était déroulé quelques heures auparavant, lorsque se répandit de cellule en cellule cette étonnante  nouvelle : l'un d'entre nous, fils de ministre, venait de repartir pour Paris … en voiture officielle.

<<  1 2 3 [45 6 7  >>