Des billes plein les yeux

Ecrit par Sabine Vaillant le 15 novembre 2010. dans Vie quotidienne, La une, Humour

Des billes plein les yeux

 

Ronde, lisse à la perfection, la bille de verre, en ce début d’automne  est l’invitée d’honneur des cours de récréation. C’est un rituel de rentrée auxquels cèdent volontiers les enfants.

Sans se concerter elles ont rejoint les poches et les sacs des écoliers. Tapies bien au chaud, en murmurant leurs chants de verre, elles attendent  la récré pour sortir et rouler jusqu’à l’infini et au-delà.

A peine échappées de leurs cachettes, elles suscitent le plaisir des enfants et l’envie irrépressible de posséder sans délai cette petite sphère parfaite.

Attirance, pouvoir  magique ? Sûrement, les billes captent si brillamment la lumière ! Petites fées, « sorcinettes », elles jouent de leurs pouvoirs en se mirant dans les yeux des petits où elles allument des feux follets de joie.

Leurs secrets se lovent aussi dans la  couleur. Avec la lumière, de la mini aux boulards en passant par les calots, elles l’emprisonnent  dans un écrin de verre à la géométrie  idéale. Image du bonheur sans fin, de la complétude ? Peut-être …

Mais la couleur n’est pas seule, le mouvement envoûté par sa profondeur s’est fait prendre sans espoir de retour. De ce mariage étrange, un peu forcé, naît une drôle de famille dont chaque membre a un nom évocateur, différent.

Cyclone, volcan, tourbillon, coccinelle, crâne d’œuf, pépite, éclair, tortue, beauté, zèbre, vaurienne, spaghetti, météore, orque… Quel inventaire sans queue ni tête. Mais vous voilà en plein sortilège.

Finalement, toute cette énergie figée dans le cristal n’attend qu’une chiquenaude pour rouler de tous ses feux sauf si pris dans une aventure exotique, l’élu de votre cœur est une bille chinoise (*), désespérément  plate.

 

Photo Gaëlle Humbert

(*) : Pour les non-initiés, la bille chinoise est plate

A propos de l'auteur

Sabine Vaillant

Rédactrice

Commentaires (5)

  • Claude Gisselbrecht

    Claude Gisselbrecht

    16 novembre 2010 à 14:06 |
    Les billes, en verre, en terre, ont souvent fait partie du " système scolaire " !

    Répondre

  • Eric Thuillier

    Eric Thuillier

    16 novembre 2010 à 08:01 |
    J’aime beaucoup un texte comme le votre qui en plus de sa grâce et du plaisir de l’inventaire des noms qui sont le charme de n’importe quel domaine, de la charpente à l’entomologie, nous restitue des sensations oubliées. Billes biens rondes dans la main, bien lourdes dans la poche, bien disputées dans la cour de récré. Des mots qui glissent dans nos poches, qui lissent nos souvenirs, qui plissent nos yeux…

    Répondre

    • Vaillant Sabine

      Vaillant Sabine

      18 novembre 2010 à 17:14 |
      Merci pour votre sensibilité!
      Sabine

      Répondre

  • Paul-Antoine Desbordes

    Paul-Antoine Desbordes

    16 novembre 2010 à 00:46 |
    Les billes seraient-elles revenues à la mode et moi, vieux schnock, je ne m'en serais pas aperçu ?? Merci, chère madame, de m'apporter la première bonne nouvelle de cette rentrée !

    Répondre

  • Guerrier Elisabeth

    Guerrier Elisabeth

    15 novembre 2010 à 19:17 |
    Cherchons, cherchons.
    Un ou une seule que les billes laissent indifférent...

    Répondre

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.