Le latin, parce que vous le valez bien ! (1/2)

Ecrit par Sandrine Campese le 01 juin 2013. dans La une, Humour, Linguistique

Le latin, parce que vous le valez bien ! (1/2)

Ce n’est pas un scoop : 80% de notre vocabulaire français provient du latin. Mais ce n’est pas tout ! Bon nombre de marques de produits ou de services que nous utilisons au quotidien portent des noms latins ou fortement inspirés du latin. Tout au long de la journée, nous lisons, nous prononçons ces mots latins sans toujours nous en rendre compte. La preuve heure par heure.

7h00 – Comme chaque matin, je n’entends pas mon réveil sonner. Normal, depuis que les nouveaux voisins ont emménagé avec leur bébé, je dors avec des boules QUIES (quies, quietis « repos, calme ») [1].

7h42 – Enfin levée, je file à la cuisine pour prendre mon petit-déjeuner. J’ouvre une brique deCANDIA (candidus, « blanc ») mais comme je suis toujours dans le coaltar, je m’entaille le doigt en attrapant un couteau. Vite, un URGO (urgeo, « s’occuper avec insistance de quelque chose ») !

8h05 – Direction la salle de bain. Après m’être douchée avec SANEX (sanus, « sain »), je me tartine le corps de crème NIVEA (nix, nivis, « neige ») puis je brosse mes dents avec du dentifrice aux plantes de chez VADEMECUM (vade mecum, « va avec moi »).

8h23 – Je n’ai plus aucune chemise propre depuis que la lessive BONUX(bonus, « bon ») n’est plus commercialisée ! Heureusement, j’en retrouve une (complètement froissée) au fond du placard. Et c’est parti pour 15 min de repassage avec mon nouveau fer CALOR (calor, « chaleur » (ça vous saviez !)).

8h40 – J’enfile mes bottines GEOX (geo, « terre ») qui laissent respirer mes pieds (oui, c’est important) puis je cours dans les escaliers.

8h42 – Je monte dans ma VOLVO (volvo, « je roule », et par extension « je tourne »), heu non… la Volvo c’était avant ma promo. Maintenant je roule en AUDI (audi, « j’écoute »).

9h06 – Je me gare au parc VINCI (impératif du verbe latin vincere, « vaincre ») qui se trouve être aussi le patronyme du célèbre artiste et inventeur.

9h10 – J’arrive à mon bureau, j’ouvre mon magnifique agenda QUO VADIS (« où vas-tu ? ») pour consulter mes rendez-vous.

12h45 – C’est déjà l’heure du déjeuner. Tout en écoutant d’une oreille les derniers potins de Caroline, je cherche mon âge sous le verre. Manque de bol, ce n’est pas un DURALEX (dura lex, sed lex, « la loi est dure mais c’est la loi »).

15h36 – Saleté de courant d’air, j’ai la gorge comme une éponge à gratter ! Heureusement Caroline, comme M.C Solaar, a toujours des VALDA (contraction de valetudo « santé » et dare « donner ») sur elle.

16h – J’ai rendez-vous au siège de VIVENDI (gérondif du mot latin vivere, « vivre », que l’on retrouve dans l’expression « modus vivendi » [2]).

18h – À la recherche d’une nouvelle robe pour le cocktail de la semaine prochaine, je m’arrête dans une boutique SINÉQUANONE (sine qua non, « sans quoi rien ne peut se faire »).

19h – De retour à la maison, je me dis qu’un petit footing ne me ferait pas de mal, alors j’enfile mes ASICS (acronyme de Anima Sana In Corpore Sano, « Un esprit sain dans un corps sain »).

21h – Je termine la journée en beauté, au coin de la cheminée, à feuilleter le dernier livre paru chez FOLIO (folium, « feuille ») tout en dégustant un yaourt au BIFIDUS (bifidus, « fendu en deux »).

Surprenant, non ? Bien sûr, cette liste n’est pas exhaustive et il ne tient qu’à vous de la compléter. Prochainement, un petit florilège de faux-amis, c’est-à-dire des mots qui ont tout l’air d’être latins… mais qui ne sont pas latins !

 

Source : Jean Watin-Augouard, Histoire de marques, Eyrolles, 2006

 

[1] Quies est à l’origine des mots « quiétude » et « tranquillité ».

[2] Qui signifie « mode de vie », mais aussi « accord entre relations d’affaires ».

A propos de l'auteur

Sandrine Campese

Sandrine Campese

Auteure et blogueuse littéraire.

 

Âgée de 29 ans, diplômée de Science Po Aix et de la Sorbonne.

 

Anime le blog http://laplumeapoil.com depuis l'automne 2011.

 

Contributrice au Plus, la plateforme participative du Nouvel Obs.

 

Publiera en juin 2013 son premier livre sur la langue française.

 

Facebook : http://www.facebook.com/laplumeapoil

 

Twitter : http://twitter.com/laplumeapoil

 

Commentaires (3)

  • La plume à poil

    La plume à poil

    02 juin 2013 à 22:43 |
    Bien vu Jean-François ! Merci pour votre correction. Je vais tout de même le conserver dans la liste, car le préfixe "geo" a servi à former des mots latins. Heureuse que vous partagiez mon constat. J'ai récemment commencé la lecture-traduction du "Petit Nicolas" en latin ("Pullus Nicolellus"). Je butais sur le mot "cras" sans réaliser que j'en connaissais déjà le sens grâce au français "procrastination". Pas besoin de dictionnaire, donc, pour comprendre que "cras" signifie "demain". C'est dans ces moments-là que j'aime tout particulièrement le latin ! :-D

    Répondre

    • Jean-François Vincent

      Jean-François Vincent

      03 juin 2013 à 06:31 |
      Et comme toujours l’anglais est plus proche du latin que le français : « procrastiner » n’existe pas en français, alors que Hamlet « procrastinates », il remet à plus tard la vengeance du meurtre de son père, bref il hésite (cf. le célèbre « to be or not to be »)….Mon vieux maître angliciste en traduction, à la Sorbonne, me citait souvent le faux ami suivant : « a crapulous headache », un mal de tête « crapuleux » ? Que nenni ! Un mal de tête suite à une beuverie, de « crapula », ivrognerie !

      Répondre

  • Jean-François Vincent

    Jean-François Vincent

    01 juin 2013 à 22:07 |
    Permettez, chère consoeur, un léger correctif : geo n’est pas une racine latine…mais grecque (de Gè, la terre); l’équivalent latin serait Tellus ou Terra. Cela dit, bien d’accord avec vous : sans un minimum de latin, le français reste obscur….

    Répondre

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.