Souvenirs

Vocation

Ecrit par Eric Eymard le 25 octobre 2010. dans Souvenirs, La une, Musique

Vocation

À 5 ans, j’avais pour curieuse habitude de m’intéresser aux disques en vinyle de mon père.

Je pénétrais dans l’immense bureau, m’asseyais devant les colonnes cubiques disposées un peu partout sur le sol et sortais les galettes noires de leurs emballages colorées. Libérant ainsi Frédéric Chopin ou Jean Sébastien Bach de l’étreinte pesante d’un Fats Waller ou d'un Big Sid Catlett.

Je me contentais de reconstituer les piles en disposant les disques nus les uns sur les autres, soucieux, peut-être, de retrouver la ronde apparence qui sied à toute colonne digne de ce nom.

L’exercice s’arrêtait là.

Les enfants de 5 ans ont parfois d’étranges lubies.

"Reflets d'un temps révolu" : notre XIIIème

Ecrit par Jacques Petit le 22 octobre 2010. dans Souvenirs, La une

Lucien était né dans un quartier populaire de Paris dans les années 30. Son père était fonctionnaire de police, commissaire - pour être plus exact - sa mère, comme quasiment toutes les femmes mariées et mères à l'époque, élevait ses enfants (en l'occurrence, son fils Lucien).

La position de son père lui conférait, dans ce quartier populaire, presqu'uniquement composé d'ouvriers et d'employés, une position de notable.

D'ailleurs, dans la rue - à part un médecin qui vivait et exerçait  dans un des petits pavillons de la rue en face - il possédait, seul, une voiture (pour être précis, une voiture de service noire, une "traction". Il y avait aussi le camion de la SEITA que ramenait tous les soirs le chauffeur de la Manufacture des Tabacs.

"Reflets d'un temps révolu" : Les salles de quartier, les petits cinéphiles, les ouvreuses

Ecrit par Jacques Petit le 15 octobre 2010. dans Souvenirs, La une, Cinéma

Comme le chantait si bien Aznavour : «  Je vous parle d’un temps que les moins d’50 ans ne peuvent pas connaître ».

Les souvenirs de jeunesse ont toujours un espace - temps et un espace - lieu.

L’espace - temps est simple, les années où de jeunes adolescents sortent de 5 ans de guerre, d’un voile obscur qui obscurcissait le ciel de France.

L’espace - temps ; celui des copains et de votre serviteur dans le 13ème arrondissement de Paris, quartier populaire s’il en fût, en ce temps ; il n’y avait pas de « quartiers difficiles ».

Ma bande de copains, entre 14 et 16 ans en 1945, et moi-même : Jacques dit Jacquot, Guy, Ali (un algérien de souche, son père est arrivé en France en 1933 pour travailler chez Renault) et votre serviteur, Jacques dit Jack.

<<  5 6 7 8 9 [10