Voyages

Juilletiste ou aoûtien ?

Ecrit par Elisabeth Itti le 03 septembre 2010. dans La une, Société, Voyages

Juilletiste ou aoûtien ?

Vos amis, vos voisins, vous posent tous la même question : « partez-vous en vacances  et où ? »

Eh bien non, non, non, pas de vacances pour moi pendant cette période.
D’une part je préfère laisser la place et du coup la plage à ceux qui travaillent. Je suis en vacances toute l’année, pourquoi irai-je me colleter avec les marmots et les chiens qui vous envoient du sable à peine vous vous êtes enduits de crème à bronzer.

Puis la raison majeure, je ne vois vraiment pas pourquoi j’irai vous disputer le couloir de gauche sur l’autoroute, pendant 500 bornes.

C’est déjà assez triste pendant le reste de l’année, de devoir s’entasser dans les avions des compagnies low-cost, perdre des heures dans les aéroports, se faire fouiller par la sécurité (Voir "Musée haut, suivi de bas : une histoire capillotractée") et la douane.

Pas perdu à Marseille !

Ecrit par Léon-Marc Levy le 30 août 2010. dans La une, Voyages

Pas perdu à Marseille !

Ce matin encore. A Marseille, mon amour depuis 47 ans. De ma terrasse, je vois ça. C’est beau, c’est laid, somptueux, hideux. Marseille quoi ! Unique en son genre : une compilation de bâtiments hétéroclites, Du Moyen Age au second Empire, puis au post-moderne en passant par le Hausmann, le tout ponctué d’îlots de Tiers-Monde affichant presqu’avec fierté sa crasse et ses puanteurs. Pauvre Rue du Bon-Pasteur, où j’ai habité en 1963-65, et qui était populaire et tranquille !

Des églises à vomir. Que le Bon Dieu nous garde de N-D de la Garde, de la Bonne Mère (Bazar rococo à touristes), de la Cathédrale (les Marseillais l’appellent le pyjama !), des Réformés (Chose verticale et blanchâtre qui défigure le haut de la Canebière et la belle Place des Danaïdes) et quelques dizaines d’autres. Quand une église est belle (et il y en a beaucoup), elle est quasi invisible, noyée dans des barres d’habitation en béton. L’abbaye St Victor, la plus ancienne de France (VIème siècle), splendide et écrasée par les HLM. L’Eglise St Laurent, superbe exemple de roman provençal, mangée par la masse militaire du Fort St Jean et, encore, les HLM ! Et le “Palais” Longchamp, barre nauséeuse de style second Empire, à vous décourager même un touriste hollandais !

Le "mystère" de la petite culotte

Ecrit par Elisabeth Itti le 27 août 2010. dans Humour, Voyages

Le

Cela ne peut intéresser que les personnes qui ont suivi mes tribulations et qui se sont posé la question du mystère de la petite culotte.  Aussi je me sens obligée de satisfaire leur curiosité.

Vous aussi vous avez droit au récit intégral de cette superbe journée : nous avons fait un A-R à Nice avec EasyJet, pour visiter la Fondation Maeght. C’était une journée merveilleuse, beau temps, et la Fondation, dès l’ouverture, un plaisir sans nom.

Puis nous sommes allés à Vence dans l’après midi, un bus depuis Nice mène jusque là-haut pour 1 €, petite incursion dans la vieille ville, visite d’une exposition François Morellet au Château de Villeneuve, de bonne augure pour la future exposition Morellet au musée Wurth d’Erstein.

Juste un mot (39)

Ecrit par Claude Gisselbrecht le 08 août 2010. dans Voyages

Juste un mot (39)

En cette période de vacances, les bouchons – par centaines de kilomètres – n’encombrent pas seulement les routes. En Alsace, par exemple, ils libèrent de grands cépages, qui ont pour noms Riesling, Pinot, Sylvaner, ou Gewurtztraminer ! Province accueillante, dont chaque village apparaît comme un bouquet au milieu des vignobles, elle draine un nombre impressionnant de touristes, dont les yeux et le palais sont constamment à la fête, la renommée de la cuisine alsacienne n’étant plus à faire !

Dépaysement garanti, à tous les étages … Volerie des aigles, Montagne des singes, Centre de réintroduction des cigognes et des loutres, Jardin des papillons, où l’on apprend que, sur 140.000 espèces répertoriées, 120.000 sont des ” noctambules ” ! Quant aux papillons diurnes, ils hésitent souvent entre l’animal et le végétal, pour le plus grand plaisir des yeux … Dieu merci, aucune trace de cette espèce trop connue du grand public, qui a coutume de se poser, entre pare-brise et essuie-glace, en contre-danse !

Au bout du compte, je m’aperçois qu’à travers ces quelques lignes, je me suis, modestement, certes, substitué aux offices de tourisme, Bas-Rhin et Haut-Rhin confondus … Pardon pour cette ” intrusion ” ! Mais si j’ai réussi à éveiller la curiosité de certains d’entre vous, qui n’y êtes jamais allés, alors tant mieux. Car l’Alsace vaut tous les détours !

Haïr ! ("Vieux papier" d'Eric Thuillier)

Ecrit par Eric Thuillier le 30 juillet 2010. dans Société, Voyages

Haïr ! (

J’envisage de fournir à RDT quelques uns des « Vieux Papiers » collectés au fil du temps et des brocantes. Une série que chacun peut nourrir de ses propres trouvailles. Je livre celui-ci sans commentaires.

Eric THUILLIER


Haïr !

Il existe aujourd’hui pour les Français une beauté, une dignité, une noblesse de la haine. Qui de nous, avant août aurait écrit une pareille phrase sans frémir ou sans rougir ? Et pourtant, c’est vrai : haïr, les haïr, voilà qui maintenant nous fait éprouver au meilleur de notre esprit et de notre cœur  une fierté réconfortante.

Page de plages

Ecrit par Martine L. Petauton le 26 juillet 2010. dans Société, Voyages

Page de plages

Juillet; soleil, vent, accents, rires lointains, brume de chaleur qui chaloupe sur le sable; paroles brouillées, au ras du sol; cris : un chapeau s’envole. Là, devant;  la mer, telle que dans le tableau de Courbet : fond vert-bleu; rouleaux frisant, comme des «  Camargue », au petit trot; juste à mes pieds, le désert de Klee… Palavas, en été.

La mer et sa plage, dans mon milieu – modeste -, c’était le rituel qui, si on pouvait, vous « posait » les vacances. Colo ou famille, j’en ai des images !  plutôt floutées, d’océan froid et vagueux – Ré, Oléron, la Vendée – non, je ne crois pas que c’est là que je dois chercher l’origine de ma passion pour l’Histoire ! – Plus tard, la Normandie; la mer si loin, franchement gris-mouette; le sable, lui, gris-frisquet, et les yeux qui plissent, cherchant à l’horizon la silhouette des barges du 6 Juin; là, sans doute, l’Histoire a frappé à ma porte …

Musée haut, suivi de bas, une histoire capillotractée

Ecrit par Elisabeth Itti le 25 juillet 2010. dans Voyages

Musée haut, suivi de bas, une histoire capillotractée

Je reviens à l’instant de Londres, c’était une journée merveilleuse.  Dans l’express qui me mène vers l’aéroport je me dis qu’il faut absolument que je décide mon mari à m’accompagner au mois de janvier, j’ai déjà acheté mon vol, car les musées de Londres sont si riches et si beaux.

Journée qui s’est terminée de manière totalement surréaliste, tirée par les “cheveux”

Hier, 20 novembre, dès que le numéro de la porte pour le vol retour pour Bâle est affiché, je me présente  à la sécurité de l’aéroport pour le contrôle d’usage.  Au contrôle on me dit que mon sac déclenche une alarme, aussitôt on me met de côté, on sort toutes les affaires de mon sac, on les passe une à une au détecteur, puis on me questionne, puis on appelle le chef, le chef appelle une traductrice, puisque mon anglais n’est pas parfait, on me demande à qui j’ai confié mon sac dans la journée, depuis combien de temps je le possède (15 ou 20 ans) si je prends des médicaments, j’avais des Nurofen dans mon sac, on m’en demande l’ordonnance, l’objet de mon voyage, si j’ai des bagages, pour la XIème fois, je répète que je suis arrivée le matin pour voir 2 expositions et que je rentre le soir sans bagage.

Je ne sais plus trop où c'est Tlemcen...

Ecrit par Léon-Marc Levy le 24 juillet 2010. dans La une, Voyages

Je ne sais plus trop où c'est Tlemcen...

Après l’avoir écrite je m’aperçois que, pour une fois, ma chronique est une vraie chronique, pas une opinion : elle rapporte un morceau de temps, autrefois, ailleurs.

J’ai reçu ce matin, d’un ami Algérien, une photo. De classe. En noir et blanc. 5ème A, 1958-1959. Cinquante ans ! Un monde est revenu sur moi. Enfoui, pas oublié. « Forclos » aurait dit Jacques Lacan. Une de ces pépites de mémoire auxquelles on ne pense presque jamais mais qui, quand elles surgissent, vous apparaissent comme d’une parfaite familiarité.

Il était une fois dans l’Ouest…De l’Algérie. Je crois du moins… Une ville. Une mosquée. Des murailles. Des platanes. Une église. Un collège. Encore des platanes. Une synagogue.

<<  1 2 3 4 5 [6