Mon Michou...

Ecrit par Sana Guessous le 08 juillet 2010. dans Philosophie, Psychologie, Vie spirituelle

Mon Michou...

Sana GUESSOUS est une journaliste marocaine. La chronique publiée ici est une réaction à une partie des débats déclenchés par le livre de Michel Onfray sur Freud. Merci à Sana pour sa participation à RDT.

La rédaction de RDT

 

I will say the only words I know that you’ll understand, my…

Michelle, The Beatles

 

Mon Michou, j’ai péché. Pardonne-moi. Depuis hier, je suis fan d’Elisabeth*. Il faut reconnaître qu’elle t’a bien dérouillé, la vieille dinde. Érudite comme un singe, sournoise comme un chat. Je n’aime pas l’érudition, mais j’adore la sournoiserie. Dans mon pays, on va aux bagarres de camionneurs comme au théâtre dans le tien. Je n’aime pas les tragédies, mais je raffole de la bestialité.

En te lisant ce matin**, j’ai cru devenir folle. Jamais personne n’a parlé de moi comme tu l’as fait. Cuisinière ratée, musicienne loupée, écrivain manqué, je suis en effet tout cela et bien davantage. Des commentaires qui puent le ragoût, j’en ai laissé sur le blog de Choumicha – Déesse marocaine du tajine aux pruneaux -. A Rabat, on nous a récemment infligé Die Zauberflöte. J’en suis sortie en fulminant. Je ne me suis calmée qu’après une salve d’injures sur la Fan Page Facebook de Mozart. Scheisse est un euphémisme, à côté de ce que j’ai roté. Enfin, Yasmina Khadra se souviendra toujours de mes railleries sur sa langue rocailleuse, qui tranche si désagréablement avec la pureté de sa main. Je n’aime pas les écrivains de génie, mais je me passionne pour les surdoués du persiflage.

Je suis manichéenne aussi. Tu l’auras remarqué. La grossièreté du trait, j’en use et m’en gargarise. Le lieu commun est ma doctrine, la trivialité ma religion. Ah oui. Et je suis croyante. Je hais les hérétiques, mais je divinise les Ayatollahs de l’athéisme. Je ne suis pas non plus très cohérente, mais bon. Je ne me targue pas d’être philosophe. D’ailleurs, j’exècre les philosophes, mais j’idolâtre la philosophie de comptoir.

Je t’ai presque imaginé dans ton train, ton iPhone à la main, découvrant un article sur « un livre magnifique qui nous sort de l’égotisme parisien et mondain du moment ». J’ai hâte de lire la prochaine tribune où, depuis ton iPad, tu compareras les cervelles d’un adorateur de Steve Jobs et d’un fou de Ben Laden.

Michou, tu es hilarant. Et ton humour n’a d’égal que ton talent exquis d’écrivain. Tu aurais dû être poète. Qui donc est assez fou pour s’embarrasser de tonnes d’annotations, de recoupements et autres empoisonnantes futilités ? « A quoi bon la vertu puisqu’ici plus qu’ailleurs on mesure l’effet de la dialectique sadienne des prospérités du vice et des malheurs de la vertu ? », me murmures-tu. Sublime. Mais enfin, où veux-tu que mes pairs et moi allions déverser notre fiel ? Comment veux-tu que nous jouissions, si nous ne drapons pas nos « passions tristes » dans l’anonymat le plus malodorant ?

Michou, tu n’as pas le choix. Tu devras composer avec la médiocrité générale. Oui, générale. Car les littérateurs de vespasiennes, il y en a partout sur la toile. Il n’y a que ça. Pas un pour rattraper l’autre. C’est toi qui le dis. Tu dis aussi ceci : « Un philosophe pense en fonction des outils de savoir dont il dispose, sinon il pense en dehors de la réalité ». Fais donc comme moi. Écris des conneries, et fais-les passer pour de l’art. En philosophie, l’exercice est moins évident.

* : Elisabeth ROUDINESCO, Onfray et le fantasme anti freudien (Le Monde 16 avril 10)

** : Michel ONFRAY : Littératures de Vespasiennes (Le Monde 18 avril 10)

A propos de l'auteur

Sana Guessous

Sana Guessous

Rédactrice

Journaliste marocaine

Commentaires (3)

  • Christian Dubuis-Santini

    Christian Dubuis-Santini

    08 juillet 2010 à 15:13 |
    Onfray est à la pensée ce que le vuvuzela est à la musique de Miles Davis.
    \o/

    Répondre

  • SL

    SL

    08 juillet 2010 à 15:11 |
    En rap, on appelle ça une punchline
    En boxe, une série de directs finie par un upercute!
    Le style est aussi percutant qu’il est intelligent, un régal

    Répondre

  • Jean-François Baumel

    Jean-François Baumel

    08 juillet 2010 à 15:08 |
    Ce texte est un condensé pétillant d’humour et d’intelligence ! Le triste Onfray, dernier avatar en effet des “passions tristes”, y est assurément mieux “haché menu” que par les savants et lourds billets de Madame Roudinesco sur le Monde ou Médiapart.
    Bravo madame pour cet instant d’oxygène.

    Répondre

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.