«Cette décapitation Un défi civilisationnel »

Ecrit par Luce Caggini le 04 juillet 2015. dans La une, France, Religions, Politique, Actualité

«Cette décapitation Un défi civilisationnel »

Y a-t-il un pas, entre foudroyant conflit de conduite insurrectionnelle et mutation vers un acte barbare ?

Et quel est le nom de ce pas ?

Entre l’acte ignoble d’un membre d’une organisation dépendante d’un empire voué à la destruction, et la magistrale inanité d’une culture muette brisée par la compréhension d’un péril sans couleur, immergé dans une communauté sommeillant dans le sein d’une République pétrie de saines, centenaires et romanesques visions de la mémorable mugissante « Liberté chérie » ?

Dans ce pays où être juif ou arabe ou bien ni juif ni arabe mais citoyen est devenu un pendant de détonation, même un tableau de Francis Bacon est marginal dans le miroir d’un jeu de cartes des horreurs où monstruosité et sang donnent un reflet des mammifères de la civilisation du 21è siècle puant des canalisations des eaux usées d’une foi musulmane indigne du Prophète.

A propos de l'auteur

Luce Caggini

Luce Caggini

Peintre. Ecrivain

Histoire  de  Luce  Caggini

Ma  biographie  c’est  l ‘histoire d’ un  pays, l’Algérie  coloniale qui m’a vue naître où j’ai grandi, l’Algérie indépendante qui m’a déconstruite.

Au fil du  temps s’est  édifiée en moi cette force  grandissante, réparatrice , bienfaisante qui me  nourrit d’ un  nouveau  sens de mon histoire.

Toutes ces années passées entre deux  rives, sans jamais accoster.

Dieu  merci, on avait des photos.

Le  moindre détail revenait réveiller la mémoire dont on ne savait plus si on voulait la garder ou l’expulser.

Je vis aujourd’hui dans une maison confortable, entre des murs épais, « Ma terre dans la tête  »  dans un lieu sans nom, peuplé d’ombres.

Un souffle d’air chaud me transporte mieux  que  ne le ferait un « Mystère-Falcon 20 »

Commentaires (5)

  • loredana Kahn

    loredana Kahn

    04 juillet 2015 à 23:15 |
    Comment fait-on pour lire l'article en entier ?

    Répondre

    • Martine L

      Martine L

      05 juillet 2015 à 09:17 |
      Petit -très - particulier dans son architecture, certes ( mais, foin de ces détails !) mais fort et coup de poing à sa façon, c'est tout du Luce, ça, et ça honore RDT; mais je comprends Loredena, ton étonnement et te remercie de ta lecture et de ton intérêt.

      Répondre

  • Martine L

    Martine L

    04 juillet 2015 à 14:17 |
    Il s'agit bien d'un défi civilisationnel, mais il est urgent de venir à la sémantique, dans cette affaire. On entendra «  civilisationnel » comme « la » notion large et consensuelle du mot civilisation face à la barbarie ( sens, là encore non antique, mais actuel). Par contre, en aucun cas, au sens de « les » civilisations les unes contre les autres – sens Huntington, relayé par Bush fils. Car, là, ce serait « la » civilisation Islamique dans son ensemble qui serait stigmatisée et non les Djihadistes qui instrumentalisent la religion musulmane. Or, d'aucuns, dans les meilleurs intentions, ont glissé récemment sur ces « bananes sémantiques », parmi lesquels notre Premier ministre qui a opposé civilisation et barbarie, sans trop cerner sa pensée, ni du coup, cibler les responsables. Comme tout le monde, direz-vous, en expliquant ce qu'il a voulu dire. Mais, quand la communication de l’État a besoin d'un char d'explications derrière, est-elle réussie ? Je pense, là, qu'un Hollande aurait été – à son habitude – plus réfléchi. En la matière, c'est ce qu'on attend.

    Répondre

    • Jean-François Vincent

      Jean-François Vincent

      04 juillet 2015 à 17:04 |
      Comme je l'ai dit récemment, on est toujours le "barbare" d'un autre : pour nous, ce sont les djihadistes, mais pour les djihadistes, c'est nous...sauf que Daech sait pertinemment que nous les percevons comme "barbares" et il en jouent, en se jouant de nous!
      La "barbarie" des décapitations a une fonction : nous tendre un piège en nous forçant à choisir entre l'inaction (humiliante) et une aventure militaire néo coloniale qui se terminerait immanquablement par un désastre (autre humiliation). De toute façon, nous serons/ sommes déjà humiliés...

      Répondre

      • Luce  Caggini

        Luce Caggini

        10 juillet 2015 à 23:00 |
        Oui, Cher Jean -François, un piège prenant une forme de roue magnétique tendant à régner en maître sans être toute à fait circonscrite ni même domptée par un appareil de prières parallèle marquées par le sceau du Prophète

        Répondre

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.