Faut-il cacher sa judéité ?

Ecrit par Jean-François Vincent le 23 janvier 2016. dans La une, Religions, Actualité, Société

Faut-il cacher sa judéité ?

Opinion

 

Après l’agression à la machette dont a été victime, le lundi 11 janvier, un professeur juif, à Marseille, au seul motif que sa kippa révélait sa judéité, certains s’interrogent : ne vaudrait-il pas mieux s’abstenir d’afficher si ostensiblement son appartenance au Judaïsme ?

Le grand rabbin Haïm Korsia n’est pas de cet avis. Il a encouragé chaque spectateur du match de Coupe de France OM-Montpellier, qui aura lieu à Marseille, le 20 janvier, à couvrir sa tête d’une kippa, en guise de solidarité.

Il faut dire que l’antisémitisme, en France, fait rage. Une écrasante majorité des actes racistes, recensés par la CNCDH (Commission nationale consultative des droits de l’homme) sont de nature antisémite : 719 rien que pour les dix premiers mois de 2015, contre – seulement, si l’on peut dire – 400 actes islamophobes, qui ont, eux aussi, explosé. Le résultat ne se fait pas attendre, il s’exprime par le nombre d’alyoth : 7900 pour l’année 2015, 700 de plus qu’en 2014. On assiste ainsi à un véritable exode des Juifs de France vers Israël…

Les causes de tout cela ? Elles sont multiples, bien sûr ; mais, en général, on occulte la principale d’entre elles, l’antisionisme virulent qui sévit depuis l’opération contre Gaza. Stade ultime d’une méthodique diabolisation : d’abord la politique de Netanyahou, assimilé à Hitler, puis Israël dans son ensemble, dont la création – une catastrophe, « nakba » – a spolié dès 1948 et continue de spolier les Palestiniens, enfin les communautés juives de par le monde, « collabos » de ce nouveau nazisme.

Rien de bien récent toutefois. Déjà, le 10 novembre 1975, la résolution 3379 de l’ONU déclarait que « le sionisme est une forme de racisme et de discrimination ». Et le 21 octobre 2010, se tenait, à la prestigieuse université de Cambridge, un très sérieux colloque sur le thème « Israël, état voyou », organisé par Laurence Booth, la sœur de Tony blair. Mais désormais les choses prennent une dimension jamais vue précédemment. Viviane Teitelbaum, par exemple, députée bruxelloise et échevine de la commune d’Ixelles, se voit assaillie de mails et de tweets du genre « Gaza = Auschwitz », ou encore « Juifs belges = complices et collabos ».

Face à une telle offensive, le pire serait de céder. Ôter les kippas reviendrait à faire le jeu des antisémites. D’ailleurs en suivant un pareil raisonnement – inspiré au moins autant par la trouille que par la laïcité – les Chrétiens coptes, en Égypte (spécialement les prêtres, jamais en soutane) devraient raser les murs, pour ne pas « provoquer » les islamistes. Ou même, ici en France, les hommes musulmans devraient ne pas porter le kufi, calot blanc symbole de l’humilité devant Dieu, afin de ne pas susciter l’ire des racistes anti-arabes.

Quant à moi, tout goy que je suis, je vais, de ce pas, suivre le conseil du rav Korsia et m’acheter une kippa.

A propos de l'auteur

Jean-François Vincent

Jean-François Vincent

Directeur de publication

Membre du Comité de Rédaction et rédacteur

Traducteur au Conseil de l'Europe

Ancien professeur certifié d'anglais

Ancien diacre à la cathédrale russe saint-Alexandre Nevski de Paris

Maîtrise d’anglais

Licence de philosophie

Licence de droit

Diplômé de l’institut de théologie orthodoxe Saint-Serge

Commentaires (3)

  • Ingrid ISRAËL-ANDERHUBER

    Ingrid ISRAËL-ANDERHUBER

    04 février 2016 à 09:58 |
    Cher Monsieur, bonjour.
    Je suis de l'avis de Martine L. mais pas pour les mêmes raisons. En effet, dans la Bible rien n'oblige un Juif à se couvrir la tête, à porter une kippa, dans la zone publique, en diaspora.
    Les sondages montrent que l'antisémitisme est en constante progression. Or la Bible révèle que derrière cet antisémitisme ce sont les ténèbres qui agissent avec la volonté infernale d'éradiquer de la face de la terre et Israël et les Israélites… Aussi pourquoi offrir une cible parfaitement identifiable, qui est véritablement pain bénit pour cet ennemi invisible, donc parfaitement dangereux, qui ne demande en fait qu'à en manger ?! Pourquoi ? Un responsable israélite a conseillé aux Juifs de ne pas porter de kippas. Sage conseil...

    Répondre

  • Martine L

    Martine L

    23 janvier 2016 à 18:08 |
    Votre texte JF est à votre image ; courageux et sincère. Sur le fond, pour autant, je ne vous suis pas – si ce n'est, bien entendu, par la protestation la plus vive, devant ce retour franc et horrible d'un antisémitisme pur et dur. Il me semble que prôner le port de la kippa par tous, dans un mouvement de solidarité, n'est pas adéquat à la période que nous traversons. Cela a été dit ; ce pourrait tout simplement valoir chiffon rouge, et être plus dangereux que productif. Sans doute, et on se doit de respecter l'avis de ceux, qui, dans la Communauté Juive – exposés, donc - le disent. Mais, quant à moi, ce n'est pas pour cette raison, qu'il me semble franchement contre productif, de faire ce geste. Tout simplement, la Kippa dans l'espace public vaut signe ostentatoire religieux ; doit comme pour tout signe, rituel, de chaque religion, être réservée aux espaces privés et confessionnels. En ces temps, où menace l'étendard communautariste ( que je ne valide pas, pour le vivre ensemble) tout ce qui peut y mener est à proscrire. Trouvons d'autres manières de signaler haut et fort, notre attachement à la Laïcité française, qui protège tous les cultes.

    Répondre

    • Jean-François Vincent

      Jean-François Vincent

      23 janvier 2016 à 20:11 |
      Vous avez une interprétation extensive de la loi de 1905, contestée par la plupart des juristes. En réalité, l’obligation de réserve par rapport aux signes religieux ne s’applique qu’à l’état et à ses agents, pas au citoyen de base.
      D’ailleurs, cette interprétation extensive – et à mon avis abusive – de la loi est un phénomène récent : l’abbé Pierre, élu député MRP en 1945, siégeait en soutane à l’assemblée nationale, sans que cela n’effarouche les – pourtant très sourcilleux – radicaux, encore nombreux dans l’hémicycle, à cette époque.

      Répondre

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.