Le monothéisme est un rationalisme

Ecrit par Ariel Gurevitz le 22 mai 2010. dans Religions

Le monothéisme est un rationalisme

Il faut un grand effort pour conceptualiser une abstraction aussi intégrale que celle du monothéisme juif. C’est pour cette raison que le judaïsme de terrain est pragmatique, et tolère que l’on puisse se représenter Dieu comme une espèce de Roi du monde, une superpuissance à l’échelle de l’Univers. C’est le chemin que parcourt l’enfant quand il croit au Père Noël et qu’une fois adulte il comprend que c’est un concept  et non pas une personne véritable. Ce principe s’applique à la compréhension du monothéisme juif, qui n’est pas un dogme mais une quête.

L’étude approfondie de la Thora ne met pas en scène un Roi du Monde, même s’il est vrai que le style métaphorique du texte biblique peut prêter à confusion. La vérité est que le Dieu de la Thora n’a rien d’anthropomorphique. Il y a de nombreux penseurs juifs qui admettent même – quoique dans des cercles restreints – qu’ils n’ont pas la foi,  mais qui sont convaincus que le judaïsme est un mode de vie tellement remarquable que la question de Dieu en devient secondaire. En même temps ils estiment qu’il est préférable de ne pas exhiber ce point de vue de manière trop ostentatoire afin d’éviter  de semer le trouble.

La question de l’existence de Dieu est problématique, parce que du point du juif cette question n’a de sens que si l’on détermine d’abord à ce qu’on entend par là. S’il s’agit d’un être formidable qui règne sur l’Univers tout entier, alors on fait fausse route. Ce n’est qu’une projection humaine, qui tout comme l’homme lui-même, est limitée. Quand bien même il y aurait un être tellement  grand et puissant qu’il serait capable de créer  et de gérer le monde entier, il faudrait encore et toujours poser la question de savoir d’où Il vient, depuis quand Il existe, pourquoi iI existe, et comment il se fait qu’Il existe. La vraie question est là.

Le Dieu du judaïsme n’est pas un être, mais une référence à l’existence à l’état pur. Vu sous cet angle Dieu existe, tout comme l’existence existe, étant entendu que ce n’est pas une substance mais un état que tout le monde peut constater.

L’intellect ne peut appréhender ni l’infini du passé ni celui de l’avenir. Reste la perception de la nature dont le judaïsme tente dégager un sens. La Nature a ses lois, et ne saurait être surnaturelle. Si les objets se mettaient à flotter en l’air ce serait qu’ils obéiraient encore à une loi de la nature. C’est ainsi que l’assertion  que Dieu est bon n’est pas une appréciation morale mais exprime qu’il ne pourrait, par définition, en être autrement. Le principe qui sous-tend cela est que le mal n’est qu’absence de bien, tout comme l’obscurité n’est qu’absence de lumière, tout comme le froid n’est qu’absence de chaleur. Donc ni l’obscurité ni le froid ni le mal n’existent en eux-mêmes. C’est à partir de cette idée simple et naturelle, mais infiniment profonde, que l’essentiel de l’éthique juive s’est construite.

L’intervention de Dieu dans la Nature ou dans l’Histoire, la notion de récompense ou de punition en rapport avec le bien ou du mal sont des représentations pédagogiques qui ne peuvent en aucun cas être prises à la lettre dans le judaïsme.

Le judaïsme est prophétique dans ce sens que le monde est imparfait, et que l’homme dispose à la fois de l’intelligence et du pouvoir pour l’améliorer. C’est dans ce sens que le messianisme est consubstantiel à la Création et appelle à un futur où le monde serait réparé. Mais pour que cela soit possible tout se passe comme si Dieu s’était retiré du Monde après la Création.

Ce qui donne de l’épaisseur au rôle de l’homme c’est justement que Dieu n’est plus là. En d’autres mots, que l’homme est libre.

A propos de l'auteur

Ariel Gurevitz

Rédacteur

Ecrivain ("La quatrième période")

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.